Toi à Orly

Qu’importe ton retard de deux jours

A notre rendez-vous parisien !

L’essentiel c’est que tu sois venue.

Les dieux nous laissent

Le choix du lieu de rencontre,

Mais décident eux-mêmes

De l’heure et du jour.

Le matin où ton avion atterrit

Je ne voyais que toi à Orly

Auréolée d’un arc-en-ciel.

 

Quinze degrés Celsius à Paris

En cette période de l’année.

Qu’as-tu besoin de voir

La neige sur la ville ?

Contente-toi des jours ensoleillés,

Il ne fera jamais

Zéro degré dans notre cœur.

Clifford Ng Kwet Chan

 

 

*  Published in print edition on 29 December 2017

Add a Comment

Your email address will not be published.