Nita Chicooree

Arab Revolts Tainted by Western Imperialism

— Nita Chicooree 

Hardly have oppressed people in North Africa and the Middle East begun to take to the streets to ask for political, freedom, dignity and justice in a world context of economic crisis and rising food prices when the ugly head of imperialism pops up from the petrol-obsessed think tanks of the decision-makers in the US government and their allies in Europe.

People in the developing world and emerging economies are genuinely exhilarated to witness the course of world history being steered by an educated Arab middle class who are determined to have a say in the running of political and economic affairs of their countries. Lately, Libyan protesters asked foreign countries to condemn Muammar Gaddafi’s unleashing of the military, private militia and allegedly hired thugs on civilians. Nobody asked the West to intervene militarily. European countries are tacitly supporting the US government’s decision to intervene in Iraq. Not too long ago, Gaddafi was welcomed in France and England for obvious new trade deals. It tells a lot about western hypocrisy.

Yet, how refreshing has it been to hear Tunisian and Egyptian intellectuals, educated young men and women on TV saying that they know what they want, they know the whole story about western self-centredness, the populism and opportunism of religious extremists, and secular leaders remote-controlled by big powers. Arabs have seen it all. To every question of journalists in France and Britain, fitting replies rolled off their tongues without any hesitation. Samples of Arab answers: ‘The road to freedom has not been easy in Europe either.’ ‘No, we know that Europeans are not interested in us, they are only interested in oil.’ They have waited too long. No revolution happens without loss of lives and economic disruption.

The game is over, Arab protesters warn their leaders. But what game are the US and Europe up to? The most undesirable scenario is likely to be enacted. So much are they used to the idea of passive people ruled by oriental despots, western powers are destabilized by the emergence of a vocal Arab middle-class which is determined to break the shackles of tyranny, of Arabs who want to create their own model and define the role of Islam on their own terms. ‘Islam Pride’ is a book that has just come out. In their fear of losing control on oil in other parts of the region, the West is likely to create another Afghanistan and Iraq in Libya and enthrone Libyan dissidents abroad as puppets who will be pro-West in their policy of oil exploitation.

Noam Chomsky, the American intellectual, always reminds us that in the aftermath of decolonization, imperialist powers saw to it the natural resources in Africa and elsewhere did not benefit the local populations but are exploited for the enrichment of former colonial powers. The neocolonialist mindset does not disappear overnight. They never forgave Saddam Hussein for overthrowing the pro-west king in 1972 and chasing away Britain, France and America from its oil wells.

Saddam Hussein used Iraq’s oil resources for the benefit of his people. He turned Iraq into the most prosperous country in the Middle East where women could achieve the highest academic standards and become professors, doctors and engineers. Roads, bridges and universities were built. The western powers never forgive those who denounce their predator mindset and self-centredness publicly. In the so-called democratic international media, Saddam Hussein was not allowed to give his side of the story; the world heard only one discourse, the western point of view. He could have disclosed information that might have undermined the reputation of some western leaders. Even today, western journalists sound liberal at home but adopt a conservative and imperialist stance in their analysis of situations in non-western countries.

Gaddafi has never been forgiven for his anti-imperialist stance, for toppling the puppet king in Libya and supporting fights against neocolonialism in many countries. He has been admired in the Muslim world for defying the US though he imposed a dictatorial rule as a revolutionary leader at home. Do Libyans need US inteference in their country? Is the West interested in promoting human rights? Sounds like a race for black gold. No one wants the West to hijack Libyan revolt for its own interests and to satisfy its thirst for revenge.

Along with rising food prices across the world, the less mediatized silent global threat of water shortage may lead to unexpected conflicts in many places. Blue gold is becoming a rare commodity especially in the arid lands of the Middle East and as a vital resource for survival, scarcity of water is causing deep concerns among the populations.

We are hoping to see the Middle East join in to shape the new world order with the emerging countries in a few years; hopefully, the great people of Israel will make peace with their Palestinian brothers, that Israel will seize the opportunity to build up a dynamic and constructive economic relations with politically emancipated Arab countries. Not western imperialism but peace is what the Arab world will need most in the near future to redefine its political and economic structure and to face the serious challenges of food prices and water scarcity in the current difficult economic context.

* * * 

Carnet Hebdo 

Le ‘moi’ originaire d’Afrique 

Le mois de février consacré à l’histoire des personnes d’origine africaine est déjà derrière nous avant que les uns et les autres aient le temps de consacrer toute l’attention que cet événement mérite. L’élection d’Obama à la tête de la plus grande puissance d’un pays occidental a une valeur symbolique pour des peuples issus du continent africain et a certainement contribué à donner un nouvel élan à une affirmation identitaire longtemps refoulée chez les principaux concernés et ignorée dans une certaine mesure par ceux qui se sentent responsables du déplacement des peuples dans le passé.

Ces jours-ci, les uns et les autres risquent d’être accusés de paternalisme s’ils s’intéressent de trop près à des considérations culturelles et ethniques de leurs voisins ou alors… d’indifférence si, en apparence, ils manifestent peu d’intérêt pour ce qui ne provient pas de leur plate-bande. En fin de compte, ce qui prime, c’est la possibilité de nous exprimer en toute liberté et en toute honnêteté sur les sujets qui touchent nos compatriotes dans un pays libre. Cette liberté existe à Maurice.

Elle ne va pas de soi dans les contrées qui sont censées bénéficier de la liberté d’expression, telles que La Réunion où la moindre tentative d’affirmer une origine africaine d’un groupuscule de Créoles cafres fait sourire et suscite même le mépris de l’establishment français et créole francisé. Il faut dire que La Réunion est le modèle même d’une colonisation réussie où la farce de la départementalisation a réussi son projet d’assimiler et de blanchir la race noire pour l’affaiblir et réduire sa résistance à un modèle qui est celui du pays colonisateur. Les Créoles blanchis n’ont cure de l’origine africaine des autres et pour des raisons liées à l’histoire, les Créoles ‘noirs’ ont été amenés à tourner le dos à leurs origines. Mais si petite soit-elle, une poche de résistance existe et s’affirme de plus en plus.

Quant au métis à Maurice et ailleurs, concentre-t-il en lui à la fois la détestation du Blanc et celle du Noir si on en croit l’auteur franco-antillais du ‘Métis Maudit’? L’auteur souligne l’absence de statut du métis, un mot qui n’a pas le privilège de s’écrire avec une lettre majuscule.  

Le Black History Month 

Probablement initiée aux Etats-Unis, l’appellation même de ‘Black History’ est empreinte du regard du Blanc occidental sur l’Afrique. Les Africains ne se sont jamais définis comme ‘Noirs’; ils sont des peuples divers: Peuls, Masais, Zoulous, Tutsis, Hutus, etc., mais pas ‘Noirs’. C’est un vocable des ex-colonisateurs qui a été adopté par ceux à qui ils ont accolé une nouvelle identité fondée sur la couleur de la peau. C’est quand même malheureux d’adopter l’appellation ‘Black History’! Il n’y a pas de continent ‘noir’ ni de ‘l’Afrique noire’. Ce sont des inventions dont il faut se débarrasser. Tout comme il n’y a pas d’Indiens américains qui sont Sioux, Cheyenne, etc., sauf Indiens; de même en Inde où le vrai nom a été relégué au second plan. D’ailleurs, les élites africaines anglophones reprochaient à Senghor son concept de ‘négritude’ qui équivaut à accepter et à intégrer une vision étrangère fondée sur la couleur de la peau exprimée dans une langue étrangère : ces élites refusent ‘negra’ ou ‘nègre’, et elles ont raison.

Les mots ont un sens. Traditionnellement, on donne deux prénoms aux enfants en Afrique, un pour l’identité civile et sociale et l’autre qui reste protégé dans la sphère familiale et affective.  

Le contexte mauricien 

Les différentes composantes du pays jouissent d’une liberté de s’exprimer sur leur vécu, leur sentiment de vivre ensemble réel, supposé ou insuffisant, leur positionnement et évolution au sein de la société. Cette liberté ne va pas de soi ou elle est tolérée dans les cercles restreints dans d’autres sociétés qui ont la même configuration ethnique que la nôtre. Ailleurs, il serait impensable de célébrer le voyage partant de St Malo jusqu’au port d’arrivée des ex-colonies. Ici, on laisse s’exprimer et s’épanouir toutes les sensibilités.

Cet esprit de liberté n’est pas seulement dû à la colonisation anglaise qui est censée favoriser les droits des uns et des autres. C’est dû en grande partie à la prédominance de l’esprit indien et plus précisément de l’esprit hindou qui, grâce à des millénaires d’expérience et de sagesse, s’est construit sur des connaissances solides du monde et de l’être humain. D’où cette facilité d’acceptation des différents modèles sans vouloir recréer les autres à leur image. C’est dans ce contexte que chacun peut se définir, se redéfinir et évoluer selon leur intelligence.

En outre, comme aux Seychelles et dans les îles des Caraïbes, l’émancipation politique rend les peuples plus forts psychologiquement en dépit des passages économiques difficiles et des tensions sociales au cours de leur histoire. Cependant, lorsqu’il s’agit du parrainage de l’ambassade américaine ou d’autres nationalités occidentales dans les revendications culturelles ou autres dans les sociétés multiethniques, la méfiance s’installe à juste titre. De par l’expérience indienne, les Hindous savent que, sous couvert diplomatique, ces instances ont une propension à importer leur modèle religieux et faciliter la venue des illuminés évangélistes dans le milieu hindou dans le but de détruire une culture, une religion et une civilisation qui est différente de la leur. En Inde et ici, les Hindous sont bien déterminés à répondre à leur manière et selon leur propre concept de liberté à toute agression culturelle et religieuse car ils en ont subi pendant des siècles et des siècles.

En matière de reconnaissance et de recherches, ce début de mouvement vers une plus grande compréhension et une réflexion approfondie de l’histoire de la diaspora issue des déplacements des peuples d’Afrique est un élément libérateur dans la construction identitaire et, par conséquent, d’un mieux-être. 

 

Nita Chicooree

Add a Comment

Your email address will not be published.