La Journée Internationale de la Francophonie célébrée le 20 mars

Francophonie 2019

By Vina Ballgobin

La Journée Internationale de la Francophonie est célébrée chaque 20 mars par les pays francophones. Pourquoi le 20 mars ? Cette date rappelle la naissance de « l’Agence de coopération culturelle et technique » (ACCT) le 20 mars 1970 à Niamey (Niger). Cet organisme évolue pour devenir « l’Organisation internationale de la Francophonie » (OIF). Une charte, la « Charte de la Francophonie », est adoptée en 1997, au sommet de Hanoi (Vietnam), et celle-ci est révisée en 2005 lors de la Conférence ministérielle à Antananarivo (Madagascar). Ainsi, tous les pays membres doivent observer certaines règles telles que

  • Participation à la plus haute instance politique décisionnelle – le Sommet des chefs d’État et de gouvernement chaque deux ans ;
  • Approbation d’un/e Secrétaire générale de la Francophonie. [Louise Mushikiwabodu Rwanda est désignée à ce poste par le Sommet de la Francophonie en 2018 à Erevan en Arménie. C’est la quatrième personne à occuper cette fonction].

Quatre opérateurs soutiennent l’OIF, notamment L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5 Monde (chaîne internationale de télévision), L’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’université Senghor d’Alexandrie.

Les objectifs de la Francophonie sont consignés dans sa Charte :

  • instauration et développement de la démocratie
  • prévention, gestion et règlement des conflits, et soutien à l’État de droit et aux droits de l’Homme
  • intensification du dialogue des cultures et des civilisations
  • rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle
  • renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies
  • promotion de l’éducation et de la formation.

Les missions de la Francophonie sont définies dans un cadre stratégique :

  • Promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique
  • Promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme
  • Appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche
  • Développer la coopération au service du développement durable

Une attention particulière est accordée aux jeunes et aux femmes, ainsi qu’à l’accès aux TIC.

20 mars  2019

« En français… s’il vous plaît 😉 » : Voilà la formule choisie par la Secrétaire générale de la Francophonie pour fêter, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, cette langue en partage et la diversité de la Francophonie. Comme l’a dit l’Ambassadeur de France à Maurice, hier à l’IFM, s’adressant particulièrement aux jeunes des établissements secondaires et supérieurs, le français est une langue moderne, et les Mauriciens et Mauriciennes ont la chance d’être exposés et de parler l’une des langues phares du monde moderne, à côté d’autres langues européennes ou ancestrales.

Activités pour marquer la Francophonie

  •  Dissémination d’information

Chaque quatre ans,  l’OIF (regroupant 88 Etats et gouvernements, 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs) présente un rapport de 368 pages à propos de  « La langue française dans le monde », publié chez Gallimard. Le rapport (parution 14/03/2019)  mentionne l’existence de « 300 millions de locuteurs répartis dans 106 pays et territoires » des cinq continents. Le français est la cinquième langue la plus parlée au monde après le chinois, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. 

Malgré la concurrence entre les langues de communication au niveau international, l’espace linguistique francophone  conserve une certaine vitalité. La langue française attire de nombreux locuteurs. C’est la deuxième langue enseignée sur la planète. C’est aussi une langue fondamentale sur le marché de l’emploi dans les pays francophones. La survie de certains secteurs dépend entièrement de la maitrise de la langue française et d’une autre langue européenne. C’est aussi une langue de grande diffusion et de vulgarisation des informations sur internet. De plus en plus, le français est employé en partage avec d’autres langues dans les pays multilingues et multiculturels, et prend une certaine importance dans le secteur des industries créatives.

  •  Dictée

Incontournable activité ! Parmi les nombreuses activités organisées pour célébrer ce jour, la dictée est devenue populaire au fil des années. Certains pays francophones  participent à cet exercice en direct tandis que d’autres utilisent les réseaux sociaux. La marraine de la Journée internationale de la Francophonie 2019  est la comédienne et humoriste burkinabé, Roukiata Ouédraogo. C’est une  jeune femme engagée qui fascine son public en mariant les sons et les langues, tout en valorisant le français. C’est elle  qui a lu le texte de la dictée aux participants cette année.

  • Concours d’élocution

Cette année, dans le cadre de la Réforme de l’Education, le ministère de l’Education et des Ressources humaines, de l’Education supérieure et de la Recherche scientifique en collaboration avec l’Ambassade de France à Maurice a organisé pour la première fois le Concours d’élocution. L’objectif principal est de fournir l’opportunité aux collégiens-lycéens et aux étudiants de développer et/ou d’améliorer leurs capacités à l’oral, notamment l’art de discourir devant un public.

Cette compétition a été lancée le 31 janvier 2019. Les jeunes des institutions secondaires et supérieures ont été invités à s’enregistrer jusqu’au 7 février 2019. Les organisateurs ont exigé la parité, ce qui était une contrainte pour certaines institutions supérieures, étant donné l’inégalité entre sexe masculin et féminin dès le départ. Chaque institution devait procéder à une première sélection et choisir  un maximum de cinq candidats.

Une deuxième sélection a eu lieu les 7 et 8 mars 2019 par les organisateurs à l’Institut Français de Maurice (IFM). Dix candidats ont été sélectionnés pour la finale par catégorie – institutions secondaires et établissements d’enseignement supérieur. La finale a eu lieu le 19 mars dans les locaux de l’IFM et la remise des prix, le 20 mars.

Il y avait 31 candidats au total pour le niveau supérieur. Parmi les dix finalistes, figuraient trois étudiants de l’université de Maurice (UoM), deux étudiants du Mauritius Institute of Education (MIE), et un étudiant de chaque institution suivante : Ecole d’Architecture de Nantes,  MCCI Business School, Open University of Mauritius (OUM), Unicity Education Hub (Medine – Paris 2 Panthéon) et Université des Mascareignes (UdM).

Le premier prix a été attribué à une étudiante de Unicity Education Hub, le deuxième prix à un étudiant Congolais de l’UdM et le troisième prix à une étudiante de l’UoM.

Les gagnants bénéficient d’un billet d’avion et d’un séjour éducatif et culturel à l’île de la Réunion, gracieusement offerts par l’ile sœur. Un prix en espèces « Cash Prize » a aussi été attribué à chaque jeune.

* * *

Le terme « francophonie » est apparu pour la première fois à la fin du 19e siècle (vers 1880). C’est un géographe français, Onesime Reclus, qui l’utilise pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français. Ce terme est utilisé de la manière suivante :

  • « francophonie » avec un « f » minuscule désigne les locuteurs de français ;
  • « Francophonie » avec un « F » majuscule désigne le dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays francophones.

Ainsi, des francophones utilisent depuis plus d’un siècle, une langue commune pour échanger des savoirs dans un espace partagé de manière volontaire. Certains se sont regroupés en associations, ONGs ou groupements de professionnels (universitaires et enseignants de français des milieux éducatifs, journalistes, avocats, entrepreneurs). Les libraires et les écrivains font aussi partie de ces hommes et femmes qui communiquent au moyen de cette langue.


* Published in print edition on 22 March 2019

Add a Comment

Your email address will not be published.