Letters

Readers’ Response/ Opinion

 

A l’œuvre, camarade?

 

Alors que la situation économique en Europe et même aux USA se dégrade de mois en mois depuis 2008, avec des plans d’austérité qui se succèdent en Grèce, en Irlande, en Italie, en Espagne et aussi en France, nos meilleurs cerveaux économiques et financiers devraient être mis à contribution pour évaluer l’impact éventuel à court et moyen termes sur notre pays.

Beaucoup se demandaient déjà en 2010 si l’insistance de Jugnauth Jr pour occuper le fauteuil des Finances au sein de l’Alliance de l’Avenir était une idée judicieuse.

Sans vouloir dénigrer la personne, à mon humble avis, sa démission constitue une aubaine inattendue, car le gouvernement en place dispose maintenant, avec Xavier Duval, des compétences réelles d’un expert-comptable respecté et on veut bien croire qu’elles seront d’un autre acabit pour mener la barque face aux énormes défis que la conjoncture tant internationale que locale nous imposent dans tous les secteurs clefs de l’économie. Les institutions internationales, ici et ailleurs, trouveront en ce professionnel un interlocuteur qui devrait mieux comprendre les nouveaux enjeux financiers et économiques, un atout indispensable par les temps qui courent…

 

 

Beaucoup dans le secteur privé, toutes situations confondues, auront été rassurés par cette nomination et par les démarches immédiates du tout nouveau Grand Argentier. Quant aux forces syndicales, il n’y a aucun doute qu’elles auront une oreille attentive dans la mesure où elles savent se montrer responsables et ne cèdent pas toujours aux sirènes d’une surenchère inutile.

 

Si l’homme sait se garder des flagorneurs, des courtisaneries et des multiples écueils qui le guetteront à chaque tournant, il a une occasion en or de prendre une toute nouvelle dimension politique, à l’instar d’autres économistes qui l’ont précédé à ce poste capital qui exige, aujourd’hui, une étoffe certaine. Seul le temps nous permettra de jauger son parcours, à un moment déterminant, dans un pays en quête de repères et de stabilité face aux turbulences annoncées.

 

Qu’il s’attèle à la tâche et laisse donc, comme le Premier ministre, les démissionnaires du MSM s’embourber dans leurs pseudo-explications les unes plus improbables ou invraisemblables que les autres. Le pays a d’autres chats à fouetter que d’écouter d’interminables imprécations, allégations, ragots invérifiables, et commérages malsains qui sont déballés sur des caisses à savon. Six « senior ministers » qui « ti pe sifoke », ou « pa pe fouti fer naryen » (Week-End du 28 août)? Allons bon, ne prenons pas les Mauriciens pour des demeurés… 

Abas Ourdi

Add a Comment

Your email address will not be published.