Lancement de l’ouvrage ‘Traites, Esclavage et Transition vers l’engagisme’

Université de Maurice/CRSI

Il y a une semaine, le 27 août 2015, le « Centre for Research on Slavery and Indenture » (CRSI) a lancé un ouvrage de vulgarisation intitulé Traites, Esclavage et Transition vers l’engagisme. Cet ouvrage, édité par Vijaya Teelock et Thomas Vernet, regroupe quatorze articles de chercheurs mauriciens et étrangers, et offre des perspectives nouvelles sur les Mascareignes et le sud-ouest de l’océan Indien pour la période 1715-1848.

Les articles avaient été présentés pour la première fois au colloque scientifique international organisé par la Truth and Justice Commission (TJC) du 11 au 13 avril 2011. A l’époque, la TJC souhaitait décloisonner des historiographies jusque-là étanches les unes aux autres. Plusieurs partenaires de la TJC avaient répondu positivement à cet appel : le Centre d’Etudes des Mondes Africains (devenu l’Institut des Mondes Africains ou IMAF), l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et le Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage.

Certains articles, déjà publiés, demeuraient inaccessibles, voire illisibles, hors du monde académique. Par conséquent, le CRSI a contacté les auteurs pour leur faire part de son projet de vulgarisation. Certains auteurs ont accepté que leur texte soit modifié pour atteindre un plus grand public. Ils ont bienveillamment relu leur texte afin de s’assurer que l’essentiel du contenu de l’article original et le sens ont bien été respectés par l’équipe du CRSI.

Le CRSI a harmonisé les textes modifiés en termes de longueur et d’expression, et le nombre de références en a été réduit. Un glossaire a été ajouté afin d’aider le grand public, peu familiarisé avec le jargon académique. De plus, les versions retravaillées ont été traduits en anglais et en français par une équipe (Vina Ballgobin, Colette Le Chartier, Sophie Le Chartier, Pravesh Lallah, Shivani Rajkomar, Angela Ramsoondur-Mungur) afin d’atteindre un lectorat plus vaste.

Pour la publication de cet ouvrage, le CRSI a bénéficié de l’aide de sponsors, entre autres, le Nelson Mandela Centre for African Culture, le Morne Heritage Trust Fund, l’AUF, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Institut des Mondes Africains.

* * *

Objectifs de l’UNESCO

Kishore Rao exerce les fonctions de Directeur de la division du patrimoine. Alfredo Pérez de Armiñán est Sous-Directeur Général pour la Culture depuis le 29 juillet 2014. Il est spécialiste dans le droit public, la culture et le patrimoine.

De langue maternelle espagnole, M. Pérez de Armiñán maîtrise parfaitement l’anglais et le français. Il est l’auteur d’un grand nombre de publications et d’articles. De 1980 à 1983, il était affecté au Gouvernement espagnol, occupant plusieurs postes, entre autres, secrétaire général du ministère de la Culture, directeur général des beaux-arts, des archives publiques et des bibliothèques, et membre du Conseil du patrimoine national. Il était aussi secrétaire général de l’Institut de recherche universitaire affilié à une Fondation – la Fundacion José Ortega y Gasset – Gregorio Manañón de Madrid.

La mission du secteur de la Culture de l’UNESCO est de faire progresser les connaissances, les normes et la coopération intellectuelle afin de

–       protéger, conserver, promouvoir et transmettre la culture et le patrimoine et recourir à l’histoire aux fins du dialogue et du développement ;

–       soutenir et promouvoir la diversité des expressions culturelles, la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et l’avènement d’industries culturelles et créatives.

Un Etat-membre : la République de Maurice

La République de Maurice fait partie des Etats membres de l’Organisation des Nations Unies et est aussi un fervent partisan du développement durable. Dans ce contexte, il s’agit de faire usage du patrimoine culturel en tant que source d’identité et de cohésion pour consolider notre société multilingue et multiculturelle. Bien entendu, l’objectif est de devenir une société du savoir dynamique, innovante et prospère.

Dans ce sillage, le « Centre for Research on Slavery and Indenture » (CRSI) de l’université de Maurice, créé en 2006, participe activement aux efforts de l’Etat mauricien pour atteindre cet objectif. Le CRSI fonde ses activités sur une approche fondée sur le respect mutuel et le dialogue ouvert entre les cultures. En pariant sur l’être humain, les droits de l’homme, les valeurs partagées et l’éducation à travers la sensibilisation au patrimoine culturel, le CRSI compte contribuer activement aux réflexions sur le développement pour atteindre des résultats durables, inclusifs et équitables.

Le CRSI est engagé dans trois types d’activités : ateliers de travail, séminaires et conférences ; projets de recherche ; publications académiques et ouvrages de vulgarisation des travaux scientifiques. [Voir pour plus de détails, le site http://www.uom.ac.mu/fssh/images/HPS/CRSI.pdf]

 

  • Published in print edition on 11 September 2015

Add a Comment

Your email address will not be published.