Spéculations électorales

Rien n’est sûr quant à l’issue des prochaines échéances électorales
Opinion

By Jaygobin Gopaul

Dans les colonnes de Mauritius Times ces derniers temps, les correspondants ont souvent exprimé le souhait de voir des hommes intègres, œuvrant dans des partis avec des idéaux élevés et travaillant pour le bien public. Malheureusement, ce vœu pieux bute contre la réalité des choses.

Un penseur politique est d’opinion que la politique a trait non pas à la recherche du bien public mais à l’exercice du pouvoir. On s’engage en politique par volonté de puissance.

Pour faire de la politique, il faut être membre d’un parti. Or, un parti ne peut exister sans ressources financières. Il lui faut trouver des bailleurs de fonds qui s’attendent à un retour sur leurs donations. Or, selon le dicton, “money is the root of all evils”. L’argent est une source de corruption. Le ver est, donc, dans le fruit.

Tout le monde veut des candidats doués de qualités morales et intellectuelles qui œuvreraient pour toute la communauté mauricienne. Malheureusement, à Maurice, le vote aux élections est de nature communale. Dans le choix des candidats, il faut prendre en considération la communauté selon les électeurs et, dans le cas de la communauté hindoue, la caste et les groupes culturels et linguistiques, et tout cela a lieu au détriment du choix des meilleurs candidats.

La nature de la politique fait qu’il y a un fossé qui sépare nos idéaux de la réalité des choses.

Les correspondants de Mauritius Times sont persuadés que le MSM-ML ne reviendra pas au pouvoir. Ne doit-on pas faire preuve de prudence dans nos évaluations ? En décembre 2014, on avait prédit un raz-de-marée Rouge/Mauve. Ce ne fut qu’une débâcle retentissante !

Peut-on se fier aux sondages ? Un sondage donnait Xavier Duval comme l’homme politique le plus populaire de Maurice. Les membres du PMSD le présentaient comme le futur premier ministre. Aujourd’hui, il est quémandeur d’une alliance.

Les médias sont les courroies de transmission des sentiments du public, surtout de leurs mécontentements. Mais à quel point sont-ils fiables ? On a souvent fait appel à Steven Obeegadoo pour connaitre son opinion sur divers sujets. Il a été très critique envers le Gouvernement. Aujourd’hui, il a décidé de soutenir le MSM. Souvent ce sont les mêmes personnes qui s’expriment et font croire que les mécontentements sont plus généralisés. Quel est le poids des mécontentements ? Il n’y a que le vote populaire qui peut le dire.

Il est vrai que le Parti Travailliste a fait une remontée comme le témoigne le rassemblement du premier Mai à Port Louis, que tous les mécontents se tournent vers ce parti. Mais il faut toujours se méfier d’un adversaire qui dispose de l’appareil de l’Etat et de ses finances, et d’un trésor de guerre impressionnant.

Rien n’est sûr quant à l’issue des prochaines échéances électorales. La seule chose dont on est sûr, c’est que le prochain Premier ministre sera ou bien Pravind Jugnauth ou bien Navin Ramgoolam.


* Published in print edition on 6 September 2019

Add a Comment

Your email address will not be published.