La Parole à Ragen Seetohul et au Dr Ismael Rawoo

Politique active et motivation des candidats

Cette semaine encore, Mauritius Times vous propose d’aller à la rencontre de deux autres candidats briguant les suffrages dans différentes circonscriptions


Ragen Seetohul, Candidat l’Alliance Nationale – No. 5

« Le Gouvernement est prêt à dépasser toutes les limites pour s’agripper et maintenir une dynastie familiale au pouvoir »

* Faire de la politique, c’est un virus, dit-on. Comment vous est-il arrivé d’attraper ce virus ?

Je me suis intéressé à la chose politique dès mon jeune âge. Ma fonction comme directeur général de la MHC m’a permis d’aider beaucoup de gens démunis et cela a accentué mon intérêt pour la politique.

* Quelles sont vos motivations principales ?

Aider les gens en difficultés et servir le pays. On doit aussi instaurer la méritocratie et libérer les institutions qui ont été accaparés et leur crédibilité détruite pendant cinq ans par un clan familial.

 * Qu’est-ce que ces quelques jours et nuits passés dans les coins et recoins de votre circonscription au tout début de la présente campagne électorale vous ont fait voir de l’Ile Maurice profonde et des conditions de vie des Mauriciens?

Il y a beaucoup de poches de pauvreté dues à la politique à deux vitesses de ce Gouvernement, beaucoup de frustrations chez les jeunes dont beaucoup sont désœuvrés et il existe de nombreuses difficultés liées aux fléaux de la criminalité et de la drogue. Notre système d’éducation est dépassé et certains parents stressés doivent encore payer des leçons particulières pendant des années, ne comprenant pas pourquoi les portes des collèges d’Etat leur ont été fermées. Cela fait beaucoup de frustrations. 

 * Avez-vous constaté l’existence dans votre circonscription de différentes couches sociales, donc avec des réflexes et des attentes différents au sein de la grande société mauricienne ?

Définitivement. Et cela a été accentué durant ces cinq dernières années. Les projets de prestige qui ont englouti des dépenses par milliards, les dettes publiques exorbitantes n’ont rien changé pour ces différentes couches dans leur vie quotidienne. 

* En général, quelles sont les attentes de la grande majorité des habitants ? Avez-vous constaté une trop grande dépendance sur le « gouvernman » pour subvenir à leurs différents besoins que ce soit par rapport à l’emploi, au logement, etc… ?

Un ’emploi décent et des possibilités de logement sont prioritaires mais il y a un manque flagrant d’infrastructures dans les régions. Je vous parle de ce qui aidera le citoyen au quotidien comme, par exemple, un terrain de football, un jardin d’enfants et un peu plus d’espace vert pour se détendre après une journée de travail ou pendant le week-end. Je n’oublie pas l’accès à la plage.

* Qu’en est-il du poids et de l’influence de ces quelques “villains of Mauritian politics” dont le communalisme, le castéisme et l’argent dans cette présente campagne électorale ?

Les deux premiers facteurs ont toujours été là et il faut continuer à les combattre. Mais le plus gros problème, en 2019, c’est une utilisation abusive de l’argent. Le niveau atteint est incroyable. On se demande d’où sort autant d’argent? Pense-t-on acheter la conscience de l’électeur dans l’isoloir?

* Et qu’en est-il des promesses électorales et de la campagne de dénigrement de l’adversaire déclenché depuis peu ? Sont-elles à même d’émouvoir l’électorat, selon vous ?

Les gens comprennent que ce Gouvernement est prêt à dépasser toutes les limites pour s’agripper et maintenir une dynastie familiale au pouvoir. Je pense même que les pires fabrications sont encore à venir. La population se méfie de cette campagne de bassesses qui ne réjouit que les adeptes du voyeurisme.

* On dit que ‘les citoyens n’ont pas besoin d’une politique de bons sentiments, mais de l’assurance que leurs intérêts seront bien défendus.’ Pensez-vous que le parti auquel vous avez adhéré est le mieux placé pour défendre les intérêts des Mauriciens ?

Définitivement. Le PTr a toujours œuvré pour le bien-être de la population et surtout pour ceux qui se trouvent au bas de l’échelle. Tous les grands projets portent l’empreinte du PTr. Etant en alliance avec le PMSD, il y a aussi une synergie et cela se voit sur le terrain. C’est l’entente qui a représenté la stabilité, le respect des institutions, le progrès économique, la justice sociale et le développement d’une nation arc-en-ciel.

Nous l’avons vu avec la présentation des mesures prioritaires que compte exécuter cette Alliance Nationale dès son accès au pouvoir. D’autres mesures importantes seront prises pour redonner confiance aux investisseurs, relancer l’emploi et la croissance, les secteurs en difficultés et les nouveaux piliers de l’économie.

 


 

Dr Ismael Rawoo, Candidat de l’Alliance Morisien – No. 13

« L’Alliance Morisien représente la stabilité, l’unité et le développement continu pour le pays »

* Faire de la politique, c’est un virus, dit-on. Comment vous est-il arrivé d’attraper ce virus ?

Permettez-moi quelques mots d’introduction sur moi-même puisque c’est ma première incursion dans le monde politique. Je suis père de famille et chirurgien-dentiste de profession. Je suis également engagé activement dans le travail social en tant que président et membre fondateur de l’association caritative ‘Unity in Diversity’.

Cette association effectue régulièrement des tests de santé auprès de la population. C’est ce contact direct avec les Mauriciens qui m’a permis de voir comment les actions caritatives sont à même de porter secours à ceux qui ont besoin d’aide matérielle ou morale, et aussi de comprendre qu’un engagement politique a le potentiel de toucher le plus grand nombre, et ce, de façon plus efficace et directe.

* Quelles sont vos motivations principales ?

Comme vous le savez, la politique fait partie de la vie de toute la population, directement ou indirectement. Pour moi, la politique, c’est un engagement continu de mon travail social que je faisais déjà à travers l’association ‘Unity in Diversity’.

Devenir un représentant du peuple parmi d’autres, c’est pouvoir effectivement perpétuer mon travail dans le monde social d’une manière plus efficace et aussi aborder non seulement les doléances des gens mais surtout trouver des solutions à ces doléances sur le long terme.

 * Qu’est-ce que ces quelques jours et nuits passés dans les coins et recoins de votre circonscription au tout début de la présente campagne électorale vous a fait voir de l’Ile Maurice profonde et des conditions de vie des Mauriciens ?

La circonscription numéro 13, c’est pour moi un retour aux sources, car je suis né et j’ai grandi à Rivière des Anguilles. Mon défunt père a travaillé pendant 40 ans sur la Britannia Sugar Estate en tant que comptable et il a aussi été agriculteur pendant plusieurs années dans des plantations de pomme de terre.

Je fais une petite parenthèse pour lui rendre hommage et pour ses sacrifices pour notre famille. Aujourd’hui, je fais un pèlerinage aux sources pour aider les gens de cette circonscription et je remercie l’accueil tellement chaleureux de tous les habitants à mon égard depuis que je travaille dans leur circonscription.

En ce qui concerne les conditions de vie des habitants de la circonscription, je dois dire que beaucoup a été accompli par le gouvernement MSM-ML pour améliorer leur vie quotidienne au niveau des infrastructures, des loisirs, du logement et des services médicaux.

Mais, comme partout ailleurs, c’est ‘work in progress’. J’ai personnellement en tête plusieurs projets touchant différents domaines pour la circonscription. Mais ce sera un travail d’équipe qui nécessitera la collaboration des habitants et de mes collègues du parti.

* Avez-vous constaté l’existence dans votre circonscription de différentes couches sociales, donc avec des réflexes et des attentes différents au sein de la grande société mauricienne ?

Tout à fait – comme c’est le cas partout ailleurs. Mais le plus important pour que l’action politique, ou même sociale, soit efficace et soutenable, c’est qu’il faut être à l’écoute des habitants – de leurs aspirations, de leurs attentes et aussi de leurs expériences.

* En général, quelles sont les attentes de la grande majorité des habitants ? Avez-vous constaté une trop grande dépendance sur le « gouvernman » pour subvenir à leurs différents besoins que ce soit par rapport à l’emploi, au logement… ?

Je note une grande attente de la population, surtout des jeunes en ce qui concerne l’emploi. Ma priorité, ce sera la recherche avec différents ‘stakeholders’ – dans le secteur public comme dans le secteur privé — des solutions pour faciliter la création d’emplois pour les jeunes mais aussi pour tous les groupes d’âges différents. Nous avons besoin d’aider nos jeunes, car la jeunesse c’est l’avenir du pays. Ce sera avant tout un travail d’équipe avec la participation de tous, car «Ensam Tou Possible ».

*Qu’en est-il du poids et de l’influence de ces quelques “villains of Mauritian politics” dont le communalisme, le castéisme et l’argent dans cette présente campagne électorale ?

Vous savez que tous ces “villains » dont vous faites mention existent depuis je ne sais combien de décennies, mais nous pouvons tous constater que ces maux connaissent un déclin sûr et certain. Nous avons une population éclairée, surtout les jeunes d’aujourd’hui qui ne sont pas influencé par des considérations primaires. Ce qu’ils recherchent, ce sont des résultats.

Le Gouvernement a amplement fait la démonstration de sa capacité à traduire ses promesses dans les faits. Donc, l’électorat a un choix très simple à faire. C’est de reconduire dans le poste de Premier ministre le leader de l’Alliance Morisien – un jeune, dynamique et ‘hardworking’, qui veut travailler pour le développement du pays et qui veut que tout le monde participe dans ce développement.

* Et qu’en est-il des promesses électorales et de la campagne de dénigrement de l’adversaire déclenché depuis peu ? Sont-elles à même d’émouvoir l’électorat, selon vous ?

Il faut faire la différence entre engagement politique et populisme. Le gouvernement MSM-ML a démontré que ses « promesses politiques », c’est du vrai, et celles-ci ont été réalisées. Les résultats sont là.

* On dit que ‘les citoyens n’ont pas besoin d’une politique de bons sentiments, mais de l’assurance que leurs intérêts seront bien défendus.’ Pensez-vous que le parti auquel vous avez adhéré est le mieux placé pour défendre les intérêts des Mauriciens ?

L’Alliance Morisien représente la stabilité, l’unité et le développement continu pour le pays. Nous avons deux leaders entourés d’une équipe dynamique et qui a de l’expérience. Celle-ci travaille d’une manière assidue pour le développement du pays. D’ailleurs, le bilan du Gouvernement MSM-ML est éloquent et est preuve du dynamisme et de l’expérience de toute l’équipe dirigée par Pravind Jugnauth.


* Published in print edition on 31 October 2019

Add a Comment

Your email address will not be published.