Les Salines de Tamarin

Le village de Tamarin a longtemps été le chef-lieu du district de Rivière Noire avant qu’elle ne cède sa place à Bambous.

Depuis, ce dernier est devenu le centre des activités du district le plus long de notre île. Le panorama offert par la baie de Tamarin voit se dessiner au loin les montagnes du Rempart et trois mamelles, ajoutant à la beauté sauvage des lieux. Une nature préservée que les dauphins fréquentent régulièrement comme aire de jeux.

Mais Tamarin est également connu pour les salines qui marquent l’entrée du village. Endroit qu’on peut voir fièrement sur de nombreuses cartes postales et qui est très fréquenté par les touristes de même que les Mauriciens, surtout nos écoliers, qui y vont en nombre chaque année durant leur excursion scolaire.

Mais hélas ! On risque de perdre ce patrimoine national en le remplaçant par du béton comme nous l’annonce SOS Patrimoine sur sa page Facebook. Remplacer les salines de Tamarin, c’est détruire environ 179 ans d’histoire. En effet, cette dernière date de l’époque française. Mais si les salines sont maintenant installées à Tamarin, cela n’a pas toujours été le cas.

Les toutes premières installations datent de 1715, et se trouvaient sur l’Ile d’Ambre, et sur la côte est de l’Île. Mais comme le climat n’était pas idéal, et le sel ne se cristallisait pas comme il faut dans les bassins en pierre, l’installation a été délocalisée à Port-Louis. Mais là encore, comme cela ne donnait toujours pas un bon sel, alors les salines se sont définitivement installées à Tamarin où les conditions sont parfaites, c’est-à-dire le soleil et le vent, éléments importants de la fabrication du sel, sont présents dans des conditions optimales. Ceux qui ont été aux Salines de Tamarin ont pu constater de visu le procédé derrière la fabrication du sel, ce qui n’est pas un travail de tout repos. Loin de là.

Détruire les salines, c’est aussi prendre les emplois de ces quelques trente personnes qui y travaillent, beaucoup comptant plus de trois décennies dans ce métier de saunier. Si nous continuons à détruire nos patrimoines nationaux, ces derniers existeront seulement sur des cartes postales et autres archives ! Je lance un appel à tous les Mauriciens et autres amoureux de notre ile et de son histoire. Aidons à sauver ce patrimoine national qui nous a tant donné durant toutes ces années, pas uniquement pour nous, mais pour les enfants de nos enfants.

Un Passionné du Patrimoine mauricien

 

* Published in print edition on 8 May  2015

Add a Comment

Your email address will not be published.