Renganaden Seeneevassen

Le 11 avril 2015, on célébrera l’anniversaire d’un grand tribun du Parti Travailliste, né il y a 105 ans, notamment Renganaden Seeneevassen, affectueusement appelé Renga par les intimes.

Son père était un immigrant indien et sa mère était issue du sud de l’Inde. Avocat, Parlementaire et Ministre, il a excellé dans tout ce qu’il a entrepris dévouant sa vie aux plus pauvres de la société mauricienne, peut-être parce que lui-même provenait d’une famille modeste.

Renga est né dans la capitale, dans une maison située à l’angle des rues Bourbon et Leoville L’homme. En 1915, il fréquentait l’école « subventionnée» L’église de l’Angleterre à la rue Arsenal, et ensuite, l’école gouvernementale de Central Boys qui était située à la rue La Paix, et l’école « subventionnée» Sunnee Surtee à la rue Rémy Ollier. En 1921, Seeneevassen est admis au collège Royal de Curepipe pour poursuivre ses études. Huit ans plus tard, il a pris part aux examens de la HSC qu’il a réussi avec brio. Il a même terminé 4ème au niveau national.

Seeneevassen est parti pour l’Angleterre pour étudier la loi à la prestigieuse London School of Economics et il a eu la chance d’étudier sous la férule de P.R. Larski, un très grand intellectuel de cette époque. Renga était son étudiant le plus déterminé, et aussi doté d’un très grand enthousiasme. Et c’était justement grâce au concours de P.R. Larski que Seeneevassen a pu rencontrer les grands politiciens de cette époque, notamment Mahatma Gandhi et Nehru – les grands leaders des mouvements pour l’indépendance de l’Inde. C’était en 1935.

Cinq ans plus tard, un certain 17 avril 1940, Renga est appelé au barreau par le Middle Temple pour recevoir son diplôme en loi et il est rentré à Maurice. Il a commencé à pratiquer au Barreau mauricien et, peu de temps après, il est devenu un avocat très renommé. Il a rejoint le Parti Travailliste et est devenu l’une de ses têtes pensantes. Il a été élu la même année comme conseiller à la municipalité de Port Louis et a assuré ce rôle jusqu’à sa mort. En 1944, le gouverneur Sir Donald Mackenzie Kennedy l’a nommé au conseil législatif.

Ses grandes qualités de négociateur ont été instrumentales dans la rédaction de la Constitution de 1948, laquelle a aidé à dessiner l’avenir de notre Île. En cette même année, il a posé sa candidature aux élections législatives et a été élu troisième député de Port-Louis juste après Guy Rozemont et le Dr Edgar Millien. Avec ses qualités d’orateur et de politicien doté d’une mentalité de fer, il a mené une lutte pour le suffrage universel. Son rêve, c’était de voir une Île Maurice unie sans discrimination mais où chacun se sentait Mauricien et fier d’appartenir à son Île.

En 1953, le mandat de Seeneevassen a été renouvelé par le bureau électoral port-louisien, mais cette fois-ci, il a dépassé le Dr Millien. Pendant cette même année, Guy Sauzier a choisi Renga pour représenter Maurice au couronnement de Sa Majesté la Reine Elizabeth II. En 1955, Seeneevassen a participé aux discussions concernant les réformes constitutionnelles en Angleterre, représentant le Parti Travailliste. Deux ans plus tard, il est devenu ministre de l’Education suite au premier cabinet ministériel, résultant de la seconde et troisième conférences constitutionnelles, qui a accouché du système ministériel.

En tant que ministre de l’Education, il a introduit un nouveau code de l’éducation qui, pour la première fois, a assuré un système juste et équitable pour tous. Auparavant, Renga travaillait comme Liason Officer au département de la Santé. En 1958, Renga est parti pour la Birmanie afin de négocier les prix du riz pour notre pays. En juin de la même année, le pays a perdu un de ses plus grands fils du sol. Renganaden Seeneevassen est décédé à la Rue Labourdonnais et a été incinéré à Vallée des Prêtres.

Seeneevassen était connu du peuple mauricien pour sa gentillesse, sa compassion et sa détermination pour améliorer leur vie. Le poète mauricien Bam Cuttayen disait de lui-même, «Mo zis enn profet lor la ter. Mo inn zis vinn fer enn pasaz. Apre mwa pou ena enkor. » Idem pour ce grand monsieur Rengananden Seeneevassen.

* * *

Sentamizh Naadenum Pothinile

Entendre les mots, “Un Tamil Nadu Prospère” est comme du miel à mes oreilles ;

Et quand j’évoque ma terre ancestrale, je ressens un nouveau souffle rempli de courage.

Cette terre est pleine d’écritures et bondée de gens vaillants.

Et entourée de jolies filles telles des demoiselles célestes.

Kaveri, Thenpennai, Palar, Vaigai et Porunai

Sont les rivières qui nourrissent la terre tamoule.

Toutes les richesses de ce monde

Sont présentes au Tamil Nadu.

Entre la mer indienne où la déesse Kanyakumari écoute perpétuellement les prières de ses dévots,

Et les collines du Dieu Vishnu dans le Nord, se situe la glorieuse terre des Tamouls.

Tamil Nadu, berceau de l’éducation et lieu de naissance du grand poète Kamban ;

Les diverses philosophies émanant des Tamouls ont fleuri et leurs parfums se répandent dans le monde.

En offrant Valluvar à ce monde, la gloire du Tamil Nadu a touché le ciel !

Un régal au cœur de son lecteur, le Silappadhigaaram aussi est un chef-d’œuvre venant de la terre des Tamouls.

Poème de Subramania Bharathi

 

traduit du tamoul par Kavinien Karupudayyan

 

Add a Comment

Your email address will not be published.