Ismael A. Randera

Budget 2013: Quel Avenir?

Dans notre dernière intervention, nous avions émis l’opinion qu’aucun budget national ne peut faire l’unanimité. Il ne doit pas le faire non plus. D’aucuns trouvent que rien n’a été prescrit pour la classe moyenne. D’autres prétendent que la générosité envers les familles super riches est flagrante. Chacun a droit à la critique. C’est la beauté même de la liberté d’expression à Maurice.

La question reste toutefois posée : est-ce que le Budget 2013 allégera la misère, la pauvreté, la souffrance de ces milliers de ‘ti-dimounes’ qui vivent dans les quatre coins du pays dans des conditions déplorables. Si la réponse est oui, il faudra chaleureusement applaudir Xavier Duval et lui transmettre la reconnaissance totale de ces milliers d’infortunés qui pourront mener une vie meilleure. Mais si la réponse est non, alors c’est matière à réflexion et donc apte à être considérée avec tous le sérieux du monde. Car, valeur du jour, on a l’impression que les pauvres continueront à s’appauvrir et que la classe possédante continuera à gonfler davantage sa bourse.

A différents niveaux, à différentes couches sociales, à différentes cultures, la population était dans l’expectative que quelque chose sera annoncé dans le Budget 2013 concernant l’endettement qui s’amplifie à une vitesse à vous couper le souffle. Malheureusement, aucune mesure corrective ni une toute petite annonce. Là, c’est regrettable et très sérieux. Car le petit salarié, l’homme qui vit au quotidien, le chef de famille, qui doit chercher de quoi nourrir sa famille au jour le jour, sera découragé de voir que la vie continue à être difficile pour lui. Il continuera à se poser la même question sans avoir de réponse: ‘Commen pou faire ek sa la vie là?’

ISMAEL A. RANDERA

Add a Comment

Your email address will not be published.