Interview : Dev Virahsawmy

 

Interview : Dev Virahsawmy

 

« Dans tous les cas de figure, Bérenger est coincé…

… il ne pourra négocier un deal à son avantage ni avec Ramgoolam ni avec Jugnauth »

* « Dans une situation où c’est confirmé que le MSM ne représente pas grand-chose, j’estime qu’une lutte à trois donnera une très grande victoire à Ramgoolam »

Voter est un droit et 50% de Mauriciens l’ont exercé dimanche dernier. Toutefois, les citoyens et la classe politique ont-ils les mêmes objectifs en tête au moment des élections ? Et les partis politiques, notamment les deux principaux blocs qui s’affrontent sur le terrain, ont-ils la même vision d’avenir pour la République ? Sont-ils conscients des enjeux du 21e siècle? Notre invité, Dev Virahsawmy, et observateur politique, nous donne son avis.

Mauritius Times: De toute évidence, les hommes politiques ont réussi à détourner les élections villageoises et celles à venir – les municipales – à leurs fins partisanes, et ils ne se privent pas pour le dire. Les deux principaux blocs font de la surenchère… Navin Ramgoolam réclame un vote de confiance pour son équipe, alors que Paul Bérenger affirme que ce scrutin revêt « une importance capitale » pour le Remake 2000. Vos commentaires ?

Dev Virahsawmy : Le fait qu’on ait organisé, dimanche dernier, des élections villageoises qui ont connu un taux de participation à hauteur de 50%, et que les municipales auront lieu après-demain, démontrent clairement que la vie démocratique à Maurice n’est pas un mythe.

La vie démocratique a nettement évolué avec l’amendement constitutionnel et permet, dorénavant, une plus grande participation des femmes dans la vie politique et aussi dans la gestion et l’administration des collectivités locales ; ce qui est, à mon avis, de bon augure pour la gestion des affaires du pays aussi bien que pour l’indispensable rénovation de notre vie politique. Tout ce qu’on est en train de vivre actuellement est positif.

Par ailleurs, je pense que les villageois ont démontré clairement que l’idéal et la mouvance travailliste sont très présents dans la grande majorité des villages. Selon ce qui a été rapporté concernant les résultats lors de ces dernières élections villageoises et les affinités politiques des individus ou des groupes qui ont remporté la victoire, on peut facilement conclure que quatre villages sur cinq ont soutenu un groupement proche de l’alliance PTr-PMSD. Par extension, ceci indique également que le MSM n’a pas vraiment une assise au niveau des régions rurales.

Etant donné les résultats proclamés lors des dernières élections villageoises, je pense que Paul Bérenger, qui misait sur le retour de Sir Anerood Jugnauth pour revigorer le MSM, doit actuellement se mordre les doigts. J’estime également que Bérenger est en train de se fourvoyer en cherchant le salut du Remake 2000 dans une victoire aux élections municipales.

Par ailleurs, lors d’un meeting du Remake 2000, j’ai entendu Paul Bérenger affirmer que, sous une administration mauve, la Municipalité de Beau-Bassin Rose-Hill était « le phare » de l’administration régionale. Et il ajoute qu’il va falloir insuffler de nouveau cet ancien dynamisme du temps de l’administration mauve à cette municipalité.

Je voudrais bien que Paul Bérenger nous donne le nom de celui qui avait véritablement donné une nouvelle impulsion et un nouveau dynamisme à la Municipalité de Beau-Bassin Rose-Hill dans le temps. Est-ce que c’était Rajesh Bhagwan ? Mais tout le monde s’accorde à dire que cela avait été l’œuvre de Jean Claude de l’Estrac. Que Bérenger nous dise donc pourquoi de l’Estrac a quitté avec fracas le MMM et s’est même présenté, par la suite, contre le dirigeant du MMM à Stanley Rose-Hill ! A partir de là, on pourra comprendre quelque chose.

Bérenger est en train d’utiliser les élections municipales, non pas pour offrir une meilleure administration aux citadins, mais il tente de faire avancer son agenda politique à lui. Dans un premier temps, il proposait que ces élections municipales servent d’« élections-corrections » afin de précipiter des élections générales anticipées. Puis, il a changé de chanson : il ne parle plus en termes d’élections générales anticipées mais il soutient qu’une victoire aux élections municipales bénira le Remake 2000 ! Or, tout le monde sait que le Remake 2000 a été une fausse manœuvre de sa part. Aujourd’hui, même les militants sincères ne savent plus à quel saint se vouer : ils savent très bien qu’Anerood Jugnauth ne représente rien, ils sont en train de traîner derrière eux un poids lourd ; ce qui, à leur avis, n’est nullement nécessaire.

* Paul Bérenger dit qu’il craint l’abstention des électeurs, comme en 2005. Pensez-vous que le Remake 2000 ne passe pas au niveau des militants ?

Paul Bérenger craint l’abstention parce qu’il sait très bien que les sympathisants de son parti n’approuvent pas le Remake avec Jugnauth – même si, publiquement, il est en train de faire croire aux militants que c’est la meilleure option pour le MMM. En tout cas, pour avoir discuté avec des gens qui ont soutenu le MMM de longue date, je peux vous dire qu’ils sont aujourd’hui désemparés. Et ils se posent la question si cela vaut vraiment la peine de voter le jour du scrutin. Donc, Bérenger se trouve dans une situation très difficile à cause d’une mauvaise décision qu’il a lui-même prise par rapport au Remake.

* S’il est évident que cette joute municipale revêt une importance capitale pour le Remake 2000, c’est probablement pour différentes raisons pour chacun des partenaires de l’alliance MMM-MSM. Qu’en pensez-vous ?

Premièrement, dans le sillage des résultats des élections villageoises, Bérenger et Jugnauth ont bien compris qu’ils n’ont pas vraiment un tirant d’eau au niveau des villages. Leur salut donc réside dans une victoire aux élections municipales. Ceci explique le changement de langage de Bérenger. Il recherche maintenant la bénédiction de « lepep admirab » pour le Remake 2000.

Toutefois, il est clair qu’en cas de défaite, Bérenger ne pourra plus présenter ce Remake comme une nécessité politique. Il va certainement se poser des questions par rapport à sa propre survie politique et aussi à celle de son parti. Valeur du jour, les informations que je détiens sur le mood qui prévaut actuellement au niveau de l’électorat urbain me permettent d’avancer qu’au moins trois municipalités vont demeurer sous le contrôle de l’alliance Ramgoolam-Duval, et que la lutte va être serrée au niveau des deux autres. Mais si l’abstention est très forte du côté des militants, c’est l’équipe rouge-bleue qui va prendre le contrôle de toutes les villes.

* Que pourrait indiquer une victoire des Rouges-Bleus à Vacoas-Phoenix et Quatre-Bornes, à votre avis ?

L’Alliance PTr-PMSD a toutes les chances de remporter la victoire à Curepipe, à Vacoas-Phoenix et à Quatre-Bornes. Je vous signale que Vacoas-Phoenix et Quatre-Bornes ont une topographie intéressante pour le PTr. Donc, je pense qu’au moins deux ou trois circonscriptions seront affectées par les résultats. Une victoire à Vacoas-Phoenix et à Quatre-Bornes indiquera qu’au moins trois circonscriptions seront du côté de l’alliance PTr-PMSD. Pour Bérenger, cela pourrait être une défaite cuisante.

* Vous estimez personnellement que le MSM, revenu sous le leadership de Sir Anerood Jugnauth, n’est pas encore arrivé à remonter la pente ?

Le MSM, qu’on croyait avoir une certaine assise dans les villages, est venu lui-même nous démontrer à travers les élections villageoises que tel n’est pas le cas. Il reste à savoir maintenant si le MSM a une force politique quelconque dans les villes. Moi, je n’y crois pas, ni à Vacoas-Phoenix ni à La Caverne… Le MSM n’a pas une force d’appui au niveau des villes qui puisse donner une victoire au Remake 2000. Le MSM va éventuellement démontrer par le biais de ces élections municipales qu’il n’est pas une force to be reckoned with.

La question qui se posera donc sera la suivante: Est-ce que le MMM pourra continuer à traîner ce poids lourd ? Quel sera l’impact de la présence du MSM, et surtout de Anerood Jugnauth, aux côtés du MMM ? Quel sera l’état d’esprit des mauves ?

* Et que proposez-vous comme réponses à ces questions ?

Ma réponse, c’est que les sympathisants du MMM ne veulent même pas ‘pez nenez boire dilhuile-MSM’. Par ailleurs, je ne vois pas comment Jugnauth aidera à consolider la force politique de Bérenger. Ce dernier a pris une décision qui va lui coûter très cher.

* Est-ce pour cette raison que Béranger recherche une victoire à Beau-Bassin Rose-Hill, à Port-Louis ou à Curepipe ? Il serait alors en meilleure posture pour renégocier avec Ramgoolam ?

Bérenger est devenu un aventurier politique comme Cehl Meeah. Je commence à les mettre dans le même panier parce qu’ils n’ont aucune vision d’avenir et aucun projet politique cohérent. Ils ne réfléchissent qu’en termes de leur agenda personnel, c’est-à-dire ils cherchent à dénicher un ‘p’tit seket’ afin de se retrouver au sein du gouvernement.

Le seul regret de Bérenger, d’après certains de ses proches, c’est qu’il a assumé la fonction de Premier ministre pour seulement deux ans. Alors, il veut à tout prix avoir un deal qui va lui permettre d’être Premier ministre pendant cinq ans. Mais je ne vois pas comment Ramgoolam pourrait accommoder son désir et Jugnauth non plus car ce dernier souhaite également revenir au pouvoir.

Je crois aussi que le père a compris que le fils ne vaut pas grand-chose, ce qui expliquerait sa décision de tenir le gouvernail du MSM. Mais, de là, à partager le pouvoir avec Bérenger, je ne pense pas qu’il y soit disposé. Dans tous les cas de figure, Bérenger est coincé. Il ne pourra négocier un deal à son avantage ni avec Ramgoolam ni avec Jugnauth.

* Il pourra toujours décider d’affronter l’électorat seul… dans une lutte à trois ?

Le MMM, qui n’a plus aucune assise dans les villages, ne peut pas affronter seul l’alliance PTr-PMSD. Dans une situation où c’est confirmé que le MSM ne représente pas grand-chose, j’estime qu’une lutte à trois donnera une très grande victoire à Ramgoolam.

Bérenger sait très bien qu’il est pris à son propre piège, et que son Remake 2000 ne représente pas une bonne solution, que ce soit pour lui ou pour Maurice.

Les discours que j’ai écoutés à la radio et à la télévision et les compte-rendus de presse que j’ai lus me permettent d’affirmer qu’il vit à une autre époque. Il ne se rend même pas compte de ce qui est en train de se passer dans le monde. Il est en train d’utiliser les mêmes slogans des années 70 : il parlait alors de « misère noire »…

Il est totalement coupé de la réalité. Il n’arrive pas à comprendre et probablement même à digérer le fait que Maurice ait pu maintenir un taux de croissance positif malgré le contexte international difficile dans le sillage du « collapse of Western capitalism » et des effets néfastes du « global warming ».

Il semble oublier que du temps où il était à la tête du gouvernement, Maurice n’était qu’un « low income economy ». Mais, depuis, les choses ont évolué positivement pour le pays : nous sommes passés au statut de « middle income country ».

Que ce soit Paul Bérenger ou Anerood Jugnauth, ils ne semblent pas avoir compris cela. Ils n’ont aucun projet… Il y a quelque temps de cela, on parlait de faire de Maurice une ‘Maritime Republic’. On insistait sur l’importance des cours de formation sur les ‘Marine Sciences and Engineering’, sur le concept de ‘Lifelong Learning’ et de ‘Gender Democracy’…

A-t-on déjà entendu Bérenger et Jugnauth parler de tout cela ? Sont-ils capables de réfléchir sur ce que le monde devient en ce moment ? Sur ce qui se passe à Maurice actuellement et aussi dans le monde ?

Leur rengaine, à tous deux, c’est la « misère noire ». Je ne nie pas le fait qu’il existe effectivement des pauvres à Maurice. Mais, parler en termes de « misère noire », c’est quand même exagéré. Il faut vraiment ne pas avoir envie de comprendre ce qui est entrepris par les autorités gouvernementales pour aider les plus démunis pour tenir de tels propos… Cela depasse l’entendement ! Cependant, je précise aussi que j’aurais souhaité une approche moins ‘ad hoc’ et beaucoup plus structurée dans ce domaine.

* Vous dites, M. Virahsawmy, que Paul Bérenger s’est pris à son propre piège. Et vous avez aussi fait un certain rapprochement avec Cehl Meeah ?

Cehl Meeah est une personne en qui je ne peux pas avoir confiance, et ce, pour deux raisons.

Premièrement, il utilise l’immunité parlementaire pour lancer des accusations alors qu’il admet ne détenir aucune preuve lorsqu’il est hors du Parlement. Ceci me rappelle l’épisode où un certain Monsieur Paul Bérenger avait utilisé l’immunité parlementaire pour traiter Sir Seewoosagur Ramgoolam d’assassin… D’ailleurs, il n’a jamais présenté des excuses pour cette accusation gratuite. Vous voyez la similitude dans la méthode employée par Cehl Meeah et Paul Bérenger ?
Deuxièmement, dans un monde qui se modernise et où les partis politiques réfléchissent et agissent en faveur du ‘gender eqality’ et de l’importance d’avoir 50% de femmes occupant les positions les plus importantes du pays – Parlement, Cabinet ministériel -, Cehl Meeah, lui, déclare qu’il est contre la participation des femmes en politique… parce que la politique est malpropre !

* L’accusateur principal se voit du jour au lendemain accusé de diffamation criminelle et de diffusion de fausses nouvelles. Il risque de le payer fort cher s’il ne parvient pas à soutenir ses accusations avec des preuvres tangibles. Mais Cehl Meeah semble être disposé à payer ce prix. Pourquoi ?

L’affaire est maintenant entre les mains de la police, et je ne souhaite pas faire plus de commentaires à son sujet. Laissons la police mener son enquête et on saura si Cehl Meeah est crédible ou pas.

J’ai bien l’impression que ses déclarations en-dehors du Parlement sont en contradiction avec ses accusations à l’intérieur du Parlement. Et quand il dit en-dehors du Parlement qu’il ne dira rien en-dehors du Parlement parce qu’il va parler à l’intérieur du Parlement… C’est triste et c’est surtout dangereux. Voilà quelqu’un qui utilise un système démocratique de manière totalement anti-démocratique.

* Par ailleurs, le leader du Remake 2000 n’a pas tardé à porter plainte pour diffusion de fausses nouvelles et diffamation par rapport aux allégations de Nita Deerpalsingh à propos de ses rencontres avec Cehl Meeah en 13 occasions. Vos réactions ?

J’ai effectivement entendu parler de cette affaire à la télévision. Bérenger et Jugnauth auraient rencontré Cehl Meeah en 13 occasions. Nita Deerpalsing, a-t-elle bluffé ou dispose-t-elle de preuves suffisantes de ce qu’elle avance ? Une enquête policière est en cours actuellement suite à la déclaration faite par Jugnauth au CCID. Attendons donc les résultats de cette enquête policière. Je fais confiance à la police qui va opérer à partir d’un point juridique : ‘Is there a bona fide case?’ C’est à la police de décider. S’il y a effectivement un ‘bona fide case’, la police doit agir comme elle l’a fait dans le cas de Herve Aimée. Patientons.

* Et que pensez-vous des restrictions faites par l’Independent Broadcasting Authority (IBA) aux radios privées à propos des ‘phone-in programmes’ ? L’institution régulatrice serait allée trop loin, à votre avis ?

Ce que j’ai compris, c’est que l’IBA n’est pas contre l’organisation d’un débat démocratique autour des élections municipales. Mais elle pense que la formule de ‘phone-in programmes’ pourrait être utilisée pour faire de la propagande. Toujours selon l’IBA, les radios privées ne disposent pas de moyens pour contrôler tout abus.

Qui a tort et qui a raison ? Je ne sais pas. Les radios privées affirment qu’elles sont en mesure de freiner les abus. Or certaines personnes compétentes m’ont affirmé que c’est difficile de les contrôler car la personne en ligne peut dire n’importe quoi et lancer des propos insultants à n’importe quel moment…

 

Add a Comment

Your email address will not be published.