Associate Prof Shakuntala Boolell

Condoléances

C’est avec beaucoup de peine que Mauritius Times informe ses lecteurs du décès de l’Associate Professor Shakuntala Boolell du département de French Studies de l’Université de Maurice survenu le jeudi 05 avril 2018 à Londres.

Shakuntala a commencé à collaborer avec Mauritius Times depuis une vingtaine d’années. C’était une professionnelle réputée et une amie. Elle a toujours offert ses services au journal et n’a jamais considéré le temps qu’elle y passait. Tout ce qu’elle faisait était sans recherche d’aucun intérêt en retour.

Elle était tolérante, généreuse et toujours de bon conseil. Elle était proche des jeunes par son métier et n’a jamais connu de conflit de générations. Les problèmes de la vie, elle les connait, et elle a toujours éclairé les plus jeunes par ses paroles sages.

Elle a démarré une carrière politique sans fanfare ni trompettes mais elle avait été élu sans aucun problème et sans surprise. Elle était chaleureuse et ouverte : elle était aimée. Elle restera une des rares conseillers municipaux de l’opposition qui aura œuvré sans cesse pour ses mandants. Elle était tellement sollicitée de toutes parts qu’elle avait même effectué une demande pour que la Municipalité de Belle-Rose Quatre-Bornes fasse installer un « hotline » !

En tant que femme politique, elle a su rester humble et le pouvoir ne lui est pas monté à la tête malgré sa popularité. Au contraire, avec ses amis et amies proches, elle déplorait l’absence de valeurs en général et la corruption qui gangrène le pays, en particulier. Cela étant dit, elle ne faisait pas partie des peureux. Pour elle, le combat devait et doit continuer peu importe ce qui arrivera. Tout le monde reconnait en elle une femme forte, une battante. Elle se mettait parfois en colère et n’hésitait pas à dire à haute voix ce que tout le monde pensait tout bas.

Enfin, nous saluons la femme, la sœur, la mère, l’amie protectrice, celle qui est restée proche de sa famille à l’île Maurice et à l’étranger. Elle était proche de son père et elle aspirait vraiment à inviter tous ses proches pour fêter ses cent ans cette année. En vérité, elle n’arrêtait pas d’en parler à certaines amies proches…

Malheureusement, la vie en a décidé autrement. Elle a quitté l’île Maurice en janvier 2018 pour se rendre chez son frère en Grande Bretagne. Elle y est restée pour suivre des traitements médicaux. Et elle nous a quittés à 67 ans avec la même humilité et la même simplicité qui l’a caractérisée tout au long de sa vie.

Mauritius Times s’associe à ses lecteurs pour présenter ses sympathies à la famille endeuillée et exprimer sa solidarité dans ce moment si difficile.

Shakuntala a tellement donné à bras ouverts qu’il sera difficile pour ses proches et ses amis de lui dire adieu. Malgré son absence, nous lui disons tout simplement : « Ce n’est qu’un au revoir Shakuntala ! »

 


 

In loving memory of

Mrs Seewooranee Gopee

(who left for her journey towards moksha on 8th April 2017)

You did not leave. Because you are here, within us who love you. Hard it may be, but we have come to accept that you must continue on your karmic journey, even as we too are on that path eternal. We understand that in this earthly life, your golden heart had to stop its beat, and your hard-working hands needed to be put to rest.

Your sudden absence has made us understand that Life is but a pause, a resting place along the road. We have survived an entire year without someone who was as important as life itself. Things we feel most deeply are the hardest things to say and life without you can never be the same again.

While it has been difficult, we have been overwhelmed by the outpouring of love and kindness we have received from family and friends whose lives were touched by the exceptional woman they knew. If we could have one lifetime wish, we would pray to God for yesterday with you; because remembering you, we do it every day, but there is an ache within our hearts that will never go away.

Goodbyes hurt when the story is not finished but the book has been closed forever. Our family chain is broken, but our hope is that it will link up afresh… when we meet again.

Deeply missed by husband Premraj, daughters and sons-in-law, grandchildren & relatives

 


 

* Published in print edition on 6 April 2018

Add a Comment

Your email address will not be published.