Apropos Interview A. Manohur & Driving in Mauritius

A propos de l’interview de A. Manohur

J’ai lu avec intérêt l’entretien accordé à Mauritius Times par M. Manohur, politologue.

Son constat sur les tendances politiques de l’électorat est souvent juste. Mais je ne suis pas d’accord avec lui quand il dit qu’il n’y a que deux partis politiques à Maurice : le parti Travailliste et le MMM. Le parti Travailliste, certainement, mais le MMM, j’ai des doutes. 

Le parti Travailliste est trop ancré dans l’Histoire de Maurice depuis sa création en 1936 pour disparaitre. C’est devenu une institution. Il a été de toutes les luttes. Il a sans cesse œuvré pour améliorer le sort des démunis. S’il n’a jamais dévié de sa position initiale, c’est qu’il n’a jamais été un apôtre de l’extrémisme. Après Navin Ramgoolam, il trouvera toujours un leader de consensus qui se mettra au-dessus des factions.

Le MSM prend l’allure d’un parti structuré. Pravind Jugnauth acquiert de l’expérience. Même s’il échoue aux prochaines échéances électorales, comme il est relativement jeune, le MSM, sous son leadership, sera toujours là, nous pourrons le dire ainsi, en réserve. 

Le PMSD sera toujours là, un certain électorat lui est fidèle. Xavier Duval a un successeur, son fils Adrien encore très jeune et qui acquiert de l’expérience. 

L’avenir du MMM par contre est très incertain. Très à gauche à ses débuts, il est entré en terre inconnue après le recul des formations de gauche sur l’échiquier mondial et avec le triomphe du libéralisme, sévèrement contesté de nos jours. 

Après la débâcle de 2014, le MMM s’est retrouvé en miettes. Le parti n’a connu que des échecs. Obeegadoo et Jeeha qui voulaient donner un nouveau souffle au MMM ont été évincés. Passer son temps à dénoncer des scandales, cela ne suffit pas pour faire la force d’un parti politique. Se contenter de dénoncer des abus ne suffit pas.

Quelle est la profession de foi du MMM qui se réclame toujours du militantisme ? Personne ne le sait. Il faut un programme économique sérieux. Est-ce que le MMM a des options économiques solides ? Que dire de l’après-Bérenger ? Est-ce que Bérenger a un successeur crédible ? C’est le flou total. Il n’est nullement surprenant que certains croient fermement qu’aller seul aux élections équivaudrait à un suicide pour le MMM.

J. Gopaul

* * *

About ‘Driving in Mauritius: Welcome to Anarchist Pinokioland…’

I am referring to Ramesh Beeharry’s article ‘Driving in Mauritius: Welcome to Anarchist Pinokioland, aka Paradise Island!’ in a recent issue of your paper. A good article. What it however fails to point out is the lack of road infrastructure making it quite risky. Hardly a road has a proper shoulder nor storm drain which poses risks to slower traffic participants such as moped and cyclists.
The other factor not mentioned is that any accident has a significant bearing on traffic pile up which in turn creates a substantial loss in productivity for all those stuck behind it and their respective employers.
Since the island is so small, until alternative transport is not available, this will continue to be a problem. (Why is coastal traffic not resolved by water taxis of ferries which could shuttle those needing to head from Grand Bay, Flic en Flac, Albion and other to Port Louis and back? That could save some of the pressure on the roads.

Concerned person
Kleinekalou@outlook.com


* Published in print edition on 10 May 2019

Add a Comment

Your email address will not be published.