Ceci n’est pas pour décourager les plus optimistes d’entre nous qui croient encore dans l’avenir de l’industrie sucrière même si sa contribution à l’économie du pays a diminué