KRJ Yash

Ce qui compte vraiment… 

Premièrement

The right man, in the right place, at the wrong time…

Les nominés en font trop ! Si je vous parlais de nomination pour les Oscars, ce serait acceptable. Nos nominés à nous ne sont pas des acteurs, mais des metteurs en scène. Ils savent diriger les acteurs des sociétés religieuses, mettre en scène les réalisations des professionnels qu’ils sont supposés diriger pour tirer la couverture médiatique sur « leurs compétences ». Mais voilà à force d’être sous le feu des projecteurs, on finit par se brûler les ailes. Les critères pour devenir un nominé politique ne sont pas figés, ni clairement édictés, tout comme ceux pour régler nos problèmes de criminalité et donner leur verdict final.. Il faut cependant être dans les bons papiers du Patron pour être « élu ». Les compétences sont reléguées au second plan. Cependant à chaque nomination le dirigeant arrive à convaincre que cette fois-ci, c’est la bonne, tout le peuple va enfin bénéficier des qualités du dernier venu. Mais bon…

La joie d’être nominé à la tête d’une importante entreprise est telle que les «élus » oublient de demander clairement ce que le patron attend d’eux. Comment voulez-vous qu’ils ne se sentent pas victimes d’injustice quand on leur dit des années après qu’ils ne sont pas à la hauteur alors qu’ils n’ont jamais compris ce qu’on attendait d’eux ! Quels sont les objectifs fixés ? Les nominés sont généralement tellement contents d’y être arrivés qu’ils oublient de demander sur quoi ils vont être jugés. Si au moins ils avaient l’intelligence de demander ce que le dirigeant attend d’eux, au lieu de sauter pieds et poings liés dans leur voitures de fonction et, en avant « maja karo » jusqu’à l’échéance de leur contrat.

Il fait bon vivre à Maurice. Le gouvernement gère le pays dans la stabilité et nous faisons notre chemin vers 2011 inexorablement. Cette douceur de vivre est perturbée par l’incapacité de certains nominés politiques de « deliver the goods ». Même le dernier des incapables sait quand sa position est menacée. Il s’agrippe alors à tout ce qui peut le sauver. Quitte à se réfugier entre les cuisses des « géants » socio-culturels, à utiliser la Voix des… ou la Voice of… ensuite ils n’ont plus la possibilité de dire non aux caprices de leurs sauveurs, et doivent « pèze néné ek avaler ».

Le Premier ministre n’arrête pas de répéter sur tous les tons qu’il faut faire valoir la méritocratie, nous sommes en début de mandat, le moment d’en finir avec les nominations pour faire plaisir !  

Deuxièmement

Festival International Kreol 2010: Selebre Nou Kreolité ANSAM

Le thème du festival 2009 était: « Viv to kreolité » Autour du thème de cette année se sont rassemblés les ministres Bodha, Choonee et Duval pour l’organisation de cet événement de « nation-building ». Que retiendrons-nous de ce festival ? Comme ceux des précédents, les participants ont dansé jusqu’au « matin gras » sur des rythmes endiablés. Ne peut-on pas s’arrêter à des conférences, à des tables rondes et des colloques pour réfléchir sur le Kreol ? Est-ce impératif de cultiver cette image de « Amizer-Boire ».

KRJ YASH

Add a Comment

Your email address will not be published.