J’avoue être parfois envahi par un sentiment de lassitude et de tristesse à constater le silence quasi général de mes compatriotes sur ce qui se passe chez nous