Sydney Selvon

Les phénomènes « psy » existent selon la science

Prédire l’avenir : une capacité naturelle du cerveau humain

Sydney Selvon

Les phénomènes ‘psy’ font, depuis plusieurs décennies, l’objet d’études poussées dans de prestigieuses universités des Etats Unis, dont celles de Cornell et de Princeton. Le cœur même de cette recherche est d’établir si l’esprit humain est capable de prédire l’avenir, et la réponse, étonnante pour beaucoup, est positive, faisant, du coup, reculer le nombre de sceptiques au sujet des phénomènes tels que les rêves ou visions prémonitoires, l’intuition, le pressentiment et ce qu’on appelle la capacité de certains (pas les charlatans, bien sûr) de prédire l’avenir. La race humaine semble même avoir le cerveau programmé par la nature pour survivre durant son évolution au fil des millions d’années de son existence.

Commentant ces résultats présentés par le Professeur Bem de Cornell University en 2011, Ben Goertzel, chercheur américain en intelligence artificielle, écrit:

“What we’re talking about here is precognition (consciously perceiving the future) and premonition (unconsciously sensing the future) — aspects of the general class of phenomena Bem calls “psi,” and others have called “paranormal” or “psychic.” US government contractors SAIC used the phrase “anomalous cognition and perturbation,” in the context of their top secret work for the government investigating related effects.” (In h+ magazine: ‘Is Precognition Real? Cornell University Lab Releases Powerful New Evidence that the Human Mind can Perceive the Future.’)

En fait, les sondages effectués par les chercheurs américains indiquent qu’il y avait moins de sceptiques parmi les secteurs scientifiques (médecine, physique quantiques, etc.,) autres que ceux des psychologues, plus concernés, tout au moins il y a une vingtaine d’années, par cette recherche.

Les scientifiques, parmi lesquels non seulement des psychologues et des parapsychologues, mais même des ingénieurs engagés dans la recherche et aussi des experts en physique quantique, ont établi tout au moins que la flèche du temps ne va pas dans une seule direction. Et qu’il est tout à fait important de continuer à enquêter sur des phénomènes comprenant la capacité de l’humain en matière de précognition, voire d’appréhension et de prédiction d’événements futurs. Il se trouve même que la prémonition naturelle ferait partie des capacités du cerveau humain et aurait bénéficié à la race humaine durant son évolution darwinienne.

En 2006, l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) organisa une conférence multidisciplinaire à laquelle participèrent de physiciens et des chercheurs scientifiques en matière des phénomènes ‘psi’. Suite à la conférence, l’American Institute of Physics publia un livre contenant la teneur des interventions et discussions intitulé ‘Frontiers of Time: Retrocausation – Experiment and Theory’ (AIP Conference proceedings: 20-22 June 1906, San Diego, California). Le mot ‘retro-causation’ est le synonyme de ‘backward causation’ ou ‘reverse causation’, tous ces termes impliquant, entre autres choses, la capacité chez l’humain de prédire des événements futurs.

Ce qui est important dans toutes ces recherches, c’est qu’à la lumière d’innombrables expériences à Princeton et ailleurs dans le monde scientifique aux Etats Unis surtout, des anomalies ou phénomènes de ‘time reversal’ ont été décelées dans le comportement du cerveau humain pouvant apparemment prouver l’existence du phénomène appelé ‘psy’. Mais il convient ici d’expliquer à nos lecteurs la définition scientifique de ce mot, tel que le monde scientifique le conçoit. Un spécialiste de la recherche scientifique en matière de phénomènes ‘psi’, le Professeur Daryl J. Bem, de Cornell University, l’explique dans un article publié en 2011 (‘Feeling the Future: Experimental Evidence for Anomalous Retroactive Influences on Cognition and Affect’). Il explique ceci dans un rapport sur les résultats de neuf expériences impliquant 1,000 participants qu’il a réalisées selon des paramètres très stricts:

“The term psi denotes anomalous processes of information or energy transfer that are currently unexplained in terms of known physical or biological mechanisms. Two variants of psi are precognition (conscious cognitive awareness) and premonition (affective apprehension) of a future event that could not otherwise be anticipated through any known inferential process. Precognition and premonition are themselves special cases of a more general phenomenon: the anomalous retroactive influence of some future event on an individual’s current responses, whether those responses are conscious or non conscious, cognitive or affective.”

En bref, il conclut qu’il existe dans le cerveau humain une capacité de prédiction de l’avenir, ou de précognition. De son côté, la ‘Princeton Engineering Anomalies Research Group’ de la Princeton University School of Engineering and Applied Science, avait, dès 1989, effectué des expériences et produit une conclusion positive sur l’existence de la pré-cognition dans un rapport scientifique intitulé ‘Precognitive Perception III’. L’expérience, selon ce rapport, prouva l’existence de cette capacité chez des individus normaux, c’est-à-dire d’acquérir de l’information d’une manière ‘anormale’ et à distance selon les protocoles de recherche qui furent employés.

Sydney Selvon

Add a Comment

Your email address will not be published.