Jagadish Manrakhan et sa contribution à l’échelle nationale

By Shakuntala Boolell

Vendredi 1er mars 2013, Professeur Manrakhan s’en est allé discrètement. On le connaissait tous comme un homme d’une grande sobriété qui ne faisait pas étalage de son érudition. Le destin a voulu qu’il soit loin de son pays mais proche de ceux qu’il affectionnait. Sa disparition doit toucher plus d’un à l’Université de Maurice. Il y avait assumé le poste de Vice-chancelier de 1979 à 1995 et côtoyé des chargés de cours de multiples formations.

Or, Professeur Manrakhan n’était pas gestionnaire tout court mais il était aussi visionnaire ; et il n’en a que plus de mérite. Grâce à ce Vice-chancelier attentif aux suggestions du Professeur Roland Lamusse, Doyen de la faculté des sciences sociales à l’époque, le Department of Humanities a été créé.

Cette étape était importante pour une population qui n’avait pas les moyens de poursuivre des études en Grande Bretagne, en France ou ailleurs. Qui ont le plus profité et profitent encore des études en langues, littératures, Histoire et anthropologie ? Ce sont les filles avec des résultats honorables et provenant de Bambous, Terre Rouge, Flacq, Rose Belle, etc. En l’espace de 20 ans, beaucoup de diplômes de BA Joint Humanities ont été décernés et plusieurs filles ont eu des postes de responsabilité croissante – secrétaire dans les ambassades, secrétaire de rédaction dans la presse, ou chef de département dans un collège secondaire. Une autre étape a même été franchie avec l’introduction des départements d’anglais, de français et d’Histoire.

De formation plus scientifico-économique avec une maîtrise en économie agricole de Reading (Angleterre), Professeur Manrakhan n’en était pas moins un poète. Son livre ‘Varsity at Réduit’ s’ouvre avec un poème I am 25, I’m on overdrive ! Il chante l’immortalité et la gloire de la culture. Avec des accents shakespeariens « Now I bow to Your wish – to envisage the World as my Stage » il montre son élan au service de la patrie. Et il l’a bien servie.


* Published in print edition on 8 March 2013

Add a Comment

Your email address will not be published.