Chape de Plomb

Manifestement, il y a ceux qui, en lisant leur journal, devant l’écran de leur ordinateur, leur poste de radio ou leur salle de rédaction, trémoussent d’impatience de descendre dans les rues et envahir la Place d’Armes pour crier leur colère et faire bouger les choses.

Encore une fois, c’est le peuple qui en prend plein la figure et on lui colle toutes sortes d’épithètes peu flatteuses car, dit-on, son indifférence et son immobilisme ne font que perpétuer une configuration politique défigurée par moult revirements grotesques, orchestrés par deux figures qui s’interpellent et se balancent des répliques comme s’ils étaient seuls sur une scène dans un théâtre sans public.Du public, ils n’en ont cure, dit-on, sinon ils se seraient abstenus d’afficher ce comportement indigne, honteux et sans amour propre.

A l’heure qu’il est, les pharmacies doivent être en rupture de stock des comprimés anti-vomissement et anti-nausée si tant est que le dégoût des braves gens ait chamboulé le fond de leur estomac qui ne peut plus encaisser tant d’agissements révoltants.

« Et pourquoi ne se révoltent-ils donc pas ? », désespèrent les plus indignés. Accoudés à leur fenêtre ouverte, ils scrutent l’horizon.

– Mon frère, ne vois-tu rien venir ?

– Ni la foudre qui foudroie, ni la route qui poudroie.

– Mais que font-ils ?

(Heureusement que pour chaque malheur, il y a toujours un « ils » — bouc émissaire sur lequel on peut déverser sa bile.)

Non, ils ne sont pas toujours devant la télévision. Les plus angoissés, bardés de diplômes, rédigent leur CV en vingt exemplaires et espèrent décrocher un emploi tôt ou tard dans une des grandes entreprises. Leurs camarades envisagent de s’envoler pour d’autres cieux plus cléments. Des ménages, équipés d’une ficelle, arpentent rues, bureaux, champs et usines, et regagnent leur foyer en tentant à chaque fin de mois de péniblement joindre les deux bouts… entre le prix de la pomme d’amour, celui des médicaments prescrits par le docteur, les leçons payantes, la facture du téléphone mobile, les boîtes de conserve, l’achat d’un peu de poisson surgelé et de la viande de mouton sans os si possible.

Tenez, un exemple concret. On propose à quelques maçons d’interrompre les travaux de construction et de reprendre plus tard lorsque le transfert d’argent sera fait afin qu’ils puissent être payés à temps. Ils répondent : « Ne vous inquiétez pas, on continuera le travail, ça nous occupera. De toute façon, on n’a pas d’autres offres de travail, et on ne sait pas ce qu’on va faire dans deux ou trois semaines.»

Attitude des plus chanceux

Les plus chanceux sont épargnés de ces soucis terre-à-terre. Ils arrivent tant bien que mal à mener leur barque à bon port, surtout celui de la Capitale, où ils ont posé l’ancre depuis des décennies, et à la seule force de leur persévérance et la sueur de leur front, sans transaction illicite et/ou argent sale. Ils ont taillé de jolis petits pré-carrés qu’ils ambitionnent d’embellir et d’enrichir avec d’autres contrats juteux qui pourraient leur être octroyés par un coup de pouce des politiciens en échange de leur soutien et de leur loyauté.

La clef de la réussite de chaque petit empire commercial en herbe fondé par le paternel et légué aux fils, c’est de s’agrandir toujours plus. Le commerce, ce n’est pas de la rigolade, c’est du sérieux, on ne ferme pas la boutique comme on ajourne le Parlement, attention! Pour l’indignation, il faudrait repasser. A moins que l’empire soit menacé !…

Ceux-là se sont installés confortablement de par leur statut dans des maroquins inamovibles pleinement mérités grâce à leurs compétences personnelles. Parfois, ils ont les pieds sur le bureau comme le premier magistrat de la ville. En lisant les journaux, ils sont également exaspérés par les gesticulations grotesques de ceux qui décident de la destinée du pays. On les accuse de former une nouvelle bourgeoisie, et ils répondront que sur l’échiquier des catégories socio-professionnelles, il est nécessaire d’avancer un pion qui maintient un rapport de forces entre les uns et les autres et assure la paix sociale. Ils vous recommanderont de mettre de côté l’approche marxiste qui consiste à considérer la société en termes de classes sociales. C’est dépassé, pardi !

Le propre d’un révolté, c’est de s’embourgeoiser au fil des années, et la voie normale de la bourgeoisie moyenne, c’est d’accéder à la grande bourgeoisie. Donc, pas de gros problèmes de factures de fin de mois ni de paiement des leçons des enfants. Téléphone à la main, ils scrutent le ciel d’Air Mauritius pour une petite escapade en famille vers une destination attrayante lors des prochaines vacances bien méritées. D’ailleurs, du haut de leur bureau climatisé, c’est avec mépris qu’ils regardent – quelques mètres plus loin – ces incompétents qui se la coulent douce en travaillant moins pour gagner plus au rythme de leur chef qui les tient docilement en leur accordant, des fonds publics, des salaires démesurés, augmentés au quotidien par leur déplacement et à chaque bâillement du fond de leur siège ; lequel espèrent-ils va rester inamovible pour encore un autre mandat, le temps d’une alliance…

Se rebeller ?

On mène la vie dure aux vrais rebelles et on leur mine la santé physique et morale par une violence psychologique qui ne laisse aucune place à la compassion et à la justice. A en juger par ce qui se passe au sein d’un collège privé et d’une institution tertiaire, les insoumis ne sont pas tolérés. Le soutien de leurs camarades n’est que piètre consolation tant ils font de la résistance à huis clos avec les mains liées…

Une solution à l’horizon ? Oui. Celle de forger la valeur de solidarité d’un corps de métier et armé d’une conviction forte, de soulever d’un élan commun cette chape de plomb qui force tout le monde à marcher la tête baissée et, de la jeter par-dessus bord sans crainte pour son avenir personnel.

Cela mettrait fin aux représailles individuelles car on ne peut pas renvoyer tout un personnel. Et en évitant de défendre des intérêts corporatistes, de manifester sa solidarité avec d’autres corps de métiers. De sortir des tiroirs poussiéreux l’idéal de la Force dans l’Union et, de la brandir en face de ce rapport de forces, forgé par les petits chefs autoritaires avec leurs alliés politiciens et socio-culturels de tous bords.

Mais qu’en est-il de ceux dont tout le monde se plaint ? A qui confier les rennes du pouvoir ? Les idéalistes purs et durs qui font de la résistance en proposant une alternative floue à forte connotation gauloise font sourciller plus d’un car on les soupçonne, une fois élus, de se transformer en duplicata des adversaires qu’ils cherchent à déloger de leur maroquin inamovible. A la manière de la ferme orwellienne…

Toujours accoudés en costume et cravate à leur fenêtre, les plus combatifs guettent le moindre signe d’un soulèvement à défaut d’une révolution. Il en est de même pour leurs compères dans les salles de rédaction aussi. Ici, comme ailleurs, on vise à augmenter ses parts de marché dans le grand business des principaux titres de presse, également paniers de crabes où les plus méritants et brillants sont ciblés, (il n’y en a pas foule !) et où le patron n’hésite pas de traiter de clown ceux du grand public, surtout s’il s’agit de femmes, lorsqu’il se sent dépassé intellectuellement… Toujours machiste.

En passant, ce n’est un secret pour personne que cette rivalité entre les ‘grands’ de la presse se joue sournoisement sur un fond ethnique.

Rebelles et protestataires quand même, défenseurs des libertés du peuple. Quel type de soulèvement sied au peuple local ? Une balade au rayon des révoltés et des révolutions nous fait prendre le pouls du possible et de l’impossible. D’emblée, on élimine la révolution car c’est incompatible dans une démocratie même si elle est régie à huis clos par les puissants du monde des finances et de la franc-maçonnerie qui sortent toujours gagnants quelle que soit la couleur politique des gouvernants et, dont les préoccupations sont à mille lieues des lendemains incertains d’un maçon ordinaire.

Désolé ! Pas de révolution puisqu’elle éclate lorsque la faim tenaille l’estomac du peuple comme en 1789 en France et que les femmes descendent pour réclamer du pain. Idem en Russie en 1917, pauvre et arriérée, perdant toutes les batailles avec ses puissants voisins et, pire encore, affligée d’une impératrice d’origine allemande. Autant en découdre du tsar immobile et toute la clique et faire descendre le prolétariat dans la rue.

Le Mexique de 1910 ? Une insurrection armée menée par Madero avec le soutien politique et financier des Etats-Unis, dans un contexte de flambée des prix et d’une politique de distribution des terres, en expropriant l’Eglise qui jusque-là était le plus grand propriétaire terrien, qui ne bénéficiait qu’aux spéculateurs et aux gros propriétaires au détriment des petits planteurs qu’elle avait finit par ruiner. Révolution suivie d’une guerre civile. Exit el presidente Diaz.

La révolucion cubana de 1959 menée par el lider maximo Castro contre le dictateur pro-américain Batista dans un contexte d’une extrême pauvreté.

Ici, le ventre trouve de quoi se nourrir pour l’instant même en dépit de tout discours sur la moralité et la légalité, etc.

En plein hiver de mécontentement et bientôt le Printemps risquant de leur passer sous le nez, les plus excités ne désespèrent pas. Oubliez le modèle déclenché par un bûcher humain sur un trottoir de Tunis qui a mis le feu à toute une région. La violence d’un régime répressif propre à ces contrées, qui n’a que trop duré et, dont le peuple a décidé de soulever la chape de plomb. L’effet compresseur de la répression avait fait éclater avec autant de violence une frustration longtemps retenue.

Que nous reste-t-il?

La manifestation sur les lieux publics d’une classe moyenne éduquée et éclairée sur ses droits, libertés et devoirs pour exprimer son désaccord avec des pratiques jugées autocrates et anti-démocratiques, et pour donner son point de vue sur les grandes lignes qui tracent la destinée du pays sans consultation aucune, et pour réclamer des comptes.

De ne pas se faire traiter d’imbéciles ! A l’instar de la classe moyenne éduquée en Turquie et, tôt ou tard, elle implosera en Chine pour avoir son mot à dire. Même si, ici, nous avons tendance à minimiser les choses et de tenir le discours suivant surtout en anglais :

Look, as a people we can be described as being rather cerebral. We are not physical ; we don’t take to the streets, kick up a fuss and smash cars and shops, etc. We like to argue and we’d rather listen to the voice of Reason and apply our sense of Compromise.

Okay, okay. Y a-t-il une limite ? L’avenir nous le dira.

 


* Published in print edition on 20 June 2014

Add a Comment

Your email address will not be published.