KRJ Yash

Ce qui compte vraiment…

Premièrement

« Décadence de la moralité»

L’inculpation du député et leader politique Cehl Meeah sous une charge provisoire de détournement de mineure passionne le pays depuis plus de trois semaines et commence à me lasser sérieusement. Les Mauriciens cultivent la canne-à-sucre et les préjugés. Ce simple fait divers s’est transformé en scandale à rebondissements, MERCI les « Radios Palabres ». Je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement entre l’irresponsabilité de ces journalistes et les paparazzis qui pourchassaient la Princesse Diana avec les conséquences que l’on sait! Ces journalistes ont développé un goût pour le choquant, le corsé, le dangereux, le déplacé, l’embarrassant, le grossier, l’hasardeux, l‘inconvenant, l’indécent, l‘obscène et l’osé. Il ne s’agit plus d’informer le public mais de le provoquer à réagir, ouvrir son antenne pour que les uns insultent les autres. Aucune des radios, si prompte à venir en aide à leurs fidèles n’a jugé utile d’envoyer une de leur psychologue pour assister Bibi Noorah Careem et sa famille dans leur détresse.

Cette manière de faire feu de tout bois a permis que nos compatriotes n’ayant rien à faire avec Cehl Meeah ou son parti se sentent concernés et obligés de commenter l’affaire. Certes tout citoyen a été choqué d’apprendre jusqu’où le « non-stop caring » du Leader Cehl Meeah pouvait aller. En même temps, nous ne saurions passer sous silence la violence de ses partisans.

Je ne veux pas accabler ou porter un jugement sur une affaire en cour mais si décadence il y a, c’est de décadence de la moralité qu’il faut parler. 

Deuxièmement

« Bef travail souval manger! »

Je ne paye pas mes impôts pour que le gouvernement donne des terrains et construise des maisons à tous les squatters de Maurice. La générosité de ce gouvernement à partager ce qui ne lui appartient pas me révolte. Suis-je un imbécile pour m’endetter pour acheter un terrain et m’endetter encore plus pour y construire une maison ?

C’est trop facile d’aller squatter un terrain et ensuite, à l’approche d’une élection, demander un raccordement à la CWA ensuite au CEB, pour finalement devenir un boulet pour ceux qui payent des impôts.

Nous devons décourager les squatters en démolissant systématiquement leurs squats dès qu’ils s’installent et les traduire en justice.

En attendant pour éviter de maltraiter des êtres humains même s’ils sont irresponsables, je propose la création de dortoirs de 50 lits, mettre les hommes séparément des femmes et des enfants. Dans ces dortoirs, ils auront un lieu temporaire pour venir dormir le soir. Cette sécurité provisoire devra les encourager à trouver un emploi pour ensuite se réinsérer dans la vie.  

Troisièmement

Lettre de recommandation

En 1994, Cehl Meeah fonde, le Dar-Ul-Ma’arif Islamic Educational Institute. Le 9 décembre 1999 le Président de la République de Maurice signe une lettre évoquant le travail « admirable » effectué par cette école avant de préciser que toute contribution qui pourrait rendre possible la réalisation de ce projet serait « très appréciée ». En 2010 cet ex-Président de la République déclare chez notre confrère de l’express-dimanche « C’est une autre personne qui s’est présentée à moi pour demander mon aide. Les services de la présidence ont effectué une enquête au préalable sur cette école et ont trouvé qu’il s’agissait d’un projet valable qui pouvait être recommandé aux mécènes ».

Une lettre de recommandation d’un Président de la République n’est pas un document banal. Les services de la présidence ont-ils bien fait leur travail ?

Ce serait dans l’intérêt public qu’un député cherche à savoir : 

1) le nombre de lettres de recommandation émises par ce Président de la République de même que ses prédécesseurs ;

2) la liste des sociétés, organismes ou personnes bénéficiaires de ce genre de lettres. 

Quatrièmement

La colère du Pakistan contre David Cameron

Lors de sa visite en Inde, le Premier ministre britannique, David Cameron a accusé le Pakistan de jouer un double jeu dans la guerre contre le terrorisme.

Ce que nous voulons, c’est un Pakistan fort, stable et démocratique. Nous ne pouvons tolérer, en aucun cas, l’idée que le Pakistan soit autorisé à regarder des deux côtés et puisse, de quelque manière que ce soit, promouvoir l’exportation de la terreur en Inde, en Afghanistan ou n’importe où ailleurs dans le monde.

Le Premier ministre britannique avait fait cette déclaration après la publication de documents secrets américains sur le site Internet Wikileaks.

Ces documents accusent le Pakistan, officiellement allié des Etats-Unis, de collaborer activement avec les talibans. Islamabad aurait notamment autorisé ses services de renseignement à armer et à financer la rébellion afghane.

KRJ YASH

Add a Comment

Your email address will not be published.