KRJ Yash

Ce qui compte vraiment…

Premièrement

Les chiens sont lâchés: qui veut la peau de Dan Callikan?

La manie du ministre du Travail de vouloir mettre tout le monde au pli connaît ses limites. Les arguments des précédents ministres du Travail, volant au secours de M. Mohamed ne valant pas mieux que leurs bilans lorsqu’ils ont dirigé ce ministère, n’arrivent pas à convaincre. Un ministre du Travail devrait éviter de brasser du vent. Alors que le pays a besoin de discipline et de rigueur pour montrer que personne ne peut faire n’importe quoi et s’en sortir, il ne sert à rien d’avoir un ministre qui créant l’impression d’être proactif pense devoir juger et condamner ceux qui essaient tant bien que mal de ramener un peu de discipline.

En juin 2009 les plus grands mécontents de l’arrivée de M. Callikan à la MBC furent les ministres et les députés du gouvernement d’alors. La venue de M. Callikan avait sonné le glas du temps où ces ministres se permettaient d’engueuler les employés de la MBC quand le journal télévisé de 19h30 ne flattait pas suffisamment leur ego. M. Callikan a rendu la MBC plus crédible, éliminant par la même, la surexposition des membres du gouvernement. Cependant si on devait décerner la palme de celui qui a le plus maltraité la MBC, cela reviendrait à M. Bérenger. Son acharnement contre notre station nationale avait transformé la MBC en boîte à propagande. Sous le gouvernement MMM-MSM, à l’heure du dîner, à force de nous servir du Bhagwan/Obeegadoo à toutes les sauces, on finissait par une indigestion de l’environnement et de l’éducation.

J’espère qu’en s’attaquant à M. Callikan, les lobbies syndicalistes et politiciens ne sont pas en train d’œuvrer pour un retour de la MBC soumise aux puissants du jour. Pour une fois que nous avons un nominé politique qui fait son travail correctement sans être payé des centaines de milliers de roupies, laissons le travailler. 

Deuxièmement

«Les torpilleurs de l’unité nationale ? »

La promptitude de la réaction du Premier ministre (de Paris en plus) aux propos du ministre des Arts et de la Culture montre l’importance qu’il accorde à l’unité nationale. Nous ne pouvons qu’être d’accord. Cependant il ne faut pas se voiler la face : de tels propos se tiennent tous les jours et partout dans notre pays. Il ne faut pas trop s’offusquer quand de tels propos sont tenus par de simples citoyens. Par contre, quand un ministre de la République, payé avec les deniers des contribuables, tient des propos « castéistes », lors d’une fonction publique, il y a de quoi être révolté.

Est-ce que des propos, tenus en comité restreint, sont destinés à être surfaits sur les radios privés? Je ne le pense pas, si c’était le cas, le ministre aurait fait ses déclarations lors d’une conférence de presse. Les radios dans cette affaire ont été des pyromanes et des fossoyeurs de l’unité nationale. Ils ont réussi à mettre la communauté Vaish dans un ghetto. Les Vaishs passent désormais pour des privilégiés. Tout ce qu’ils obtiennent n’est pas uniquement dû à leur travail, mais au fait d’avoir pris naissance dans la même caste que le Premier ministre. Est-ce qu’en véhiculant de tels messages, les radios consolident l’unité nationale ?

La présence des ministres Rittoo et Choonee à la fonction de la Vaish Welfare Association à d’Epinay a suscité un sentiment de malaise dans la famille Rajput. Les membres de cette grande famille se demandent qui aura à cœur l’intérêt des Rajputs si leurs élus préfèrent aller chercher ailleurs.

Nous ne sommes pas en période électorale, M. Bérenger « le père du castéisme scientifique» est en vacances, alors pourquoi mettre en avant ces divisions qui ne font pas honneur à la communauté hindoue ?  

Troisièmement

Lynchage d’un policier en fonction…

L’agression du constable Ramjuttun aux petites heures du matin, le dimanche 29 août à Baie du Tombeau est inacceptable. Une foule d’une quinzaine de personnes s’en est prise à lui et seulement quatre suspects ont été interpellés par les limiers de la Central Investigation Division (CID) de Port-Louis.

Le souhait du Premier ministre de recruter, d’ici 2015, encore 5000 policiers devrait permettre d’éviter ce type de lynchage. En attendant, je serais d’avis que l’on donne plus de moyens aux policiers et qu’ils se déplacent non pas en solo mais à deux si ce n’est plus. Dans les endroits chauds, plus de moyens doivent être mis en œuvre afin d’enrayer toute tentative de violence à l’égard de la police. Une police qui sait se faire respecter va inspirer confiance chez les honnêtes contribuables et crainte chez les truands. 

Quatrièmement

Pense-bête à l’attention du ministre du Travail :

« Dans le vocabulaire syndicaliste, on ne passe à l’action qu’en cessant toute activité. » — Philippe Bouvard

KRJ YASH 

Add a Comment

Your email address will not be published.