D’une escale à Port-Louis

« La forme d’une ville, a dit un poète, change plus vite que le cœur d’un mortel » a si bien écrit Auguste Toussaint dans son chef d’œuvre, Port-Louis – Deux siècle d’Histoire (1735-1935). Chaque journée à Port-Louis est un recommencement et une toute nouvelle expérience. Comme celle que j’ai passée au théâtre du Port-Louis jeudi dernier dans le cadre d’une exposition de 200 vieilles photos sur la capitale qui fêtait ses 50 ans en tant que cité. Ce cher théâtre du Port-Louis, joyau du patrimoine mauricien, était exceptionnellement ouvert aux amoureux de l’histoire de la capitale et du pays Maurice (du 22 au 31 août 2016).

Que de belles rencontres comme celle avec deux étudiantes en journalisme ou alors cette conversation entre une grand-mère et son petit-fils, suivi du papa, leurs voix résonnant dans le magnifique théâtre, qui rappelons-le, fêtera son bicentenaire d’existence en 2022. La grand-mère était toute contente d’expliquer à son petit-fils le Port-Louis « Letan Lontan ». “To pe get sa la, sa mem Aapravasi Ghat ki to trouve dan to liv zistwar ”ou encore des phrases qu’elle lançait à son fils “ Ayo zot finn kraz sa batiman-là ousi ! Beh kifer do ? Ti ankor an bonn eta sa. Eta get nou lari Royal. Get nou bazar. »

Ce sont des témoins privilégiés de ce vieux Port-Louis, des gens qui doivent être interviewés pour la postérité. Alors que de nombreux vieux bâtiments sont en train de disparaitre chaque jour, dû à un manque d’entretien ou tout simplement à cause des nouveaux bâtiments de plusieurs étages qui sont en train de prendre leur place, il devient urgent d’aller à la rencontre de ces gens qui vont vous surprendre par leurs connaissances de LEUR Port-Louis.

L’autre jour, j’ai rencontré un vieux monsieur Canabady, Port-Louisien de souche, qui connait presque toutes les rues de la capitale par cœur, les nommant l’une après l’autre : Rue Madame, Rue l’Hôpital, Rue David, Rue Magon pour ne mentionner que celles-là. Pendant que Port-Louis fête son jubilé d’or et à la veille des grands changements qui vont intervenir incessamment changeant à jamais la face de la ville, c’est important que nos politiques pensent aussi à sauvegarder ce patrimoine oral. On parle là de l’âme du Port-Louis. J’y suis retourné mardi pour une autre visite de cette même exposition. Et croyez-moi c’était une toute nouvelle expérience. Mais cela on en parlera une prochaine fois, peut-être…

Kavinien Karupudayyan

Add a Comment

Your email address will not be published.