Ismael A Randera

Où est le respect?

Dans n’importe quel pays, quel que soit le régime, la force policière commande un respect absolu. Respect de la part de chacun des membres de cette force, d’abord envers soi-même, ensuite envers ses collègues et envers la population dont elle a la responsabilité de surveillance et de sécurité.

Respect envers soi-même : Cela commence par les bonnes manières dans son comportement mais aussi et surtout par le respect envers cet uniforme que l’on porte avec dignité.

Respect envers ses collègues : Cela demande une collaboration totale dans l’exercice de ses fonctions, de la dignité envers ses supérieurs et un comportement discipliné en public pour obtenir sa coopération.

Respect : Cela devient plus évident, donc plus important, quand l’on sait que la force policière, à travers le monde, comprend dans ses rangs des éléments féminins.

Là, il va sans dire que le respect devient plus important car ces dames se sont sacrifiées énormément en se joignant à ce corps de métier qui est exigeant pour le travail de jour comme pour le travail de nuit. Nous rendons-nous compte alors du sacrifice consenti et par le mari et par la femme quand cette dernière doit faire le travail de nuit. Prendre des dispositions si ce couple comprend des enfants et a des aînés à sa charge.

A la station de police où la dame se trouve obligatoirement en compagnie des éléments masculins, il arrive des moments, inévitablement qu’hommes policiers et femmes policières se retrouvent seuls au beau milieu de la nuit. Esseulés pendant des heures, en tant que collègues, ils devraient pouvoir trouver des moyens de passer le temps. Passer le temps, évidemment, commande encore plus le respect, la courtoisie, les bonnes manières, la discipline et tant d’autres qualités. Et c’est bien cela qui fera alors la beauté d’une force policière et qui fera la fierté de son pays. Evidemment alors, la population applaudira sa force policière et lui donnera tous les honneurs qu’elle mérite.

Posons-nous alors la question: la force policière de Maurice mérite-t-elle le respect et la courtoisie? Relations extraconjugales, relations sexuelles entre collègues de sexes différents à la station et aussi hors de la station sont devenus monnaie courante au sein de la force policière du pays. Cette situation, déjà infernale, amène les protagonistes à faire montre d’un si gros degré de jalousie que, dans bien des cas, ce sont des scènes de pugilat qui ont lieu pour régler les comptes, et ce en public.

Des gens de bonne volonté, qui se plaisent à mener une vie respectable et respectueuse, se sentent scandalisés en lisant dans les médias ce qui se passe au sein de la force policière. C’est tout simplement disgracieux pour la force policière et aussi pour la nation mauricienne. Le signe le plus simple de la respectabilité chez un individu, ce serait – de prime abord – un respect sans faille envers une dame, quelle que soit la situation, et surtout si cette dame se trouve dans l’obligation de fournir un service de nuit, en compagnie de collègues de sexe opposé.

Que faire alors ? Qui doit être blâmé ? Qui doit porter le chapeau par rapport à une telle situation? Autant de questions que se posent les gens mais ces derniers ne trouvent pas la réponse appropriée. Les autorités responsables de la force policière doivent absolument prendre le taureau par les cornes, stopper cet état cancéreux, punir sévèrement les malfrats qui ne connaissent absolu rien d’une vie saine et digne dans une société saine… avant qu’il ne soit trop tard.

Ismael A Randera

Add a Comment

Your email address will not be published.