Toi à Orly

Ton congé ayant été approuvé
Par ton ministère, Tu t’apprêtais à venir 
Me rejoindre en France,

Où je suivais un cours en Sorbonne.
Mais, suite à un regrettable quiproquo,
Tu allais rater l’avion
Et être forcée de prendreLe prochain dans deux jours.

Qu’importe ton retard
De quarante-huit heures
A notre rendez-vous parisien !
L’essentiel c’est que tu sois venue.
Créatures impuissantes,
Nous avons beau
Planifier, calculer, évaluer, supputer,
Les dieux nous laissent le choixDu lieu de rencontre,
Mais ils se réservent le droit
De décider de l’heure et du jour.
Le matin où ton avion atterrit

Je ne voyais que toi à Orly
Auréolée d’un arc-en-ciel

* Published in print edition on 29 July 2016

Add a Comment

Your email address will not be published.